En ligne (connectés) : 0 28

Eventuel report des législatives : des partis de l’opposition menacent « nous allons porter plainte contre la CENI »

Partis-opposition

Des partis politiques de l’opposition guinéenne en lice pour les élections législatives du 16 février 2020 sont montés au créneau ce mercredi, 29 janvier 2020 à travers une conférence de presse à la maison commune des journalistes située à Kipé Dadya dans la commune de Ratoma, contre la Commission Electorale Nationale Indépendante   (CENI) qui accuse, selon eux,  une lenteur considérable dans le processus électoral et ont dénoncé également la démanche des religieux qui invitent au report des élections législatives.

Il est hors de question de reporter les élections législatives du 16 février 2020.  Si la classe politique salue la démarche entamée des leaders religieux pour promouvoir la paix en Guinée, cependant, les partis politiques de l’opposition en lice pour les élections législatives du 16 février 2020 (ADC-BOC, RRD, FIDEL, MPDG...) n’admettent pas un report de ces élections.

« Aujourd’hui, les religieux ont commencé cette médiation,  je pense qu’ils devaient commencer ça depuis. Nous les demandons vraiment de reconsidérer leur position de demander à ceux qui ont refusé de participer à ces élections d’accepter leur position parce qu’on ne peut pas empêcher l’autre de joui de son droit. Chacun doit exercer son droit à la limite des lois », indique Dr Ibrahima Sory Diallo.

Les partis politiques  de l’opposition en lice pour les élections législatives du 16 février pointent du doigt également la Commission Electorale Nationale Indépendante qu’ils accusent de jouer sur la montre.

« Nous avons pas mal discuté sur cette lenteur  que la CENI est entrain d’engendrer  à son niveau. Qu’est ce qui ne va pas ? Nous n’avons spas encore  appris la distribution des cartes  électeurs,  nous n’avons pas encore entendu la formation  du personnel électoral et c’est ce qui fait que  nous avons des inquiétudes. Nous voulons que la CENI nous donnes des explications dans les jours qui font suivre par rapport à la situation», dit-il.

Ils menacent, par ailleurs, de porter plainte contre la CENI si l’institution arriverait à reporter les élections législatives du 16 février 2020 à une date ultérieure.

« S’il y a tentation de reporter les élections nous allons porter plainte contre la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) et la CENI doit nous dédommager. Donc ça déjà, nous avons garantie ça à la CENI et elle est informée de notre position sur cette préoccupation », signale Dr Ibrahima Sory Diallo.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos