En ligne (connectés) : 0 45

Médiation des religieux : le FNDC décide d’observer une trêve pour donner chance au dialogue

Abdourahamane-Sanoh

Suite à la rencontre des leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et les autorités religieuses qui se sont lancées dans une médiation pour tenter de résoudre la crise politique que traverse  la Guinée depuis quelques temps. Crise  liée à la question de la mise en place d’une nouvelle constitution et du troisième mandat. Le FNDC a accédé ce jeudi, 30 janvier 2020 à la requête des chefs religieux les invitant à sursoir à la résistance active et permanent lancée depuis le 13 janvier. La structure décide d’observer une trêve d’une semaine.

La médiation engagée par les autorités religieuses commence à porter fruit. Le Front National pour la Défense de la Constitution FNDC a rencontré les responsables religieux ce jeudi. Au sortir de cette rencontre, le front décidé à barrer la route à une nouvelle constitution a décidé d’observer une treve d’une semaine.

« Elles (autorités  religieuses) ont fait une déclaration que tout le monde est au courant ou connait la teneur et avec ces appelles et la démarche envers nous c’est pourquoi nous avons accédé de faire une trêve pour la  semaine prochaine en attendant de voir comment  vont évoluer leurs démarches auprès des autorités  guinéennes », a déclaré Abdourahamane Sanoh.

Cependant, le front reste sur ses gardes si les autorités guinéennes n’en fassent pas autant, la mobilisation restera maintenue jusqu’au renoncement du projet de nouvelle constitution cher au président Alpha Condé  et le RPG arc en ciel.

« En tout état de cause, on demande à tout le monde  de demeurer mobiliser, de demeurer vigilant, de demeurer prêt  pour qu’au cas où  les autorités guinéennes refuseront d’écouter  les autorités religieuses que nous soyons encore là,   à continuer  à nous battre jusqu'à ce que Mr Alpha Condé réalise que le 3e mandat est une tricherie qu’on acceptera jamais », a dit Sanoh.

En tout cas les yeux sont désormais fixés vers le pouvoir en place. Alpha Condé va-t-il renoncer à son projet de référendum pour donner une chance au dialogue en Guinée ? La question demeure. Quand on sait que le locataire du palais sékoutouréyah a déjà pris une ordonnance fixant les modalités de l’organisation du référendum constitutionnel.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos