En ligne (connectés) : 0 38

Alpha Condé attaque les occidentaux « des présidents qui ont fait 4, 5, 6 mandats, vous trouvez ça normal et quand c’est le cas de la Guinée… »

Alpha-Conde

Il n’ya aucun doute, le président de la République Pr Alpha Condé a des intentions de briguer un troisième mandat en Guinée. En tout cas  c’est ce qui ressort de l’entretien qu’il a accordé aux chaines internationales (RFI et France 24) en marge du 33e sommet de l’UA en Ethiopie.

Le président Alpha Condé n’exclut pas de se présenter aux élections présidentielle de 2020. Dans l’entretien accordé à RFI et France 24 il soutient que c’est son parti (RPG arc en ciel) qui décidera s’il sera candidat ou pas.

« C’est le parti qui décidera, ce n’est pas un homme qui décide, c’est les partis qui présentent. Le parti peut me présenter comme président ou présenter quelqu’un d’autre, pour le moment ce n’est pas mon souci. Mon souci j’ai un programme pour la Guinée, c’est ce programme sur lequel je me penche mais je veux doter le pays d’une constitution qui réponde aux besoins du monde d’aujourd’hui », déclare Alpha Condé.

Poursuivant, le président de la République fustige le comportement de la communauté internationale face aux présidents qui ont fait plus de  deux (2) mandats. Il dénonce ce qu’il appelle démocratie à géométrie variable vis-à-vis de la Guinée.

« Vous avez des présidents qui ont fait 4, 5, 6 mandats, vous trouvez ça normal et quand c’est le cas de la Guinée, ça devient un scandale. Ce que les guinéens n’accepteront pas, c’est cette démocratie à géométrie variable, pourquoi la communauté internationale ne parle pas des pays où on change de constitution trois fois, quatre fois, ils font des décennies au pouvoir. Je ne réponds pas à l’opposition, mais au peuple de Guinée qui est avec nous », indique Alpha Condé.

Le Chef de l’Etat guinéen n’a pas manqué de réagir à la dernier sortie médiatique de Jean Ives-Le Drian sur le respect des principes démocratique « l’engagement du président Alpha Condé à demander une réforme de la Constitution ne nous paraît pas être obligatoirement partagée ni par sa population, ni par ses voisins ». Alpha Condé rétorque amèrement. Il soutient qu’il n’a pas été élu par la France.

« Je n’ai pas été élu par la France ni par quelqu’un d’autre. J’ai été élu par les guinéens. La Guinée a une tradition d’indépendance depuis 1958. La Guinée a l’habitude de prendre ses décisions. J’ai de bons rapports avec le gouvernement français. Je m’occupe de ce que le peuple de Guinée pense et décide. Si ce peuple dit non à la constitution, je m’incline. S’il dit oui, je l’applique. Je n’ai pas à juger le comportement d’un autre pays. Je ne juge pas ce qui se passe en France. Je juge ce qui passe en Guinée », dit-il.

Alpha réaffirme sa volonté de doter la Guinée d’une nouvelle constitution car selon lui, celle qui est en vigueur (2010) n’est pas bonne.

« La Guinée a besoin d’une nouvelle constitution. Celle en vigueur n’est pas bonne. On a été obligés de faire des accords politiques violant la constitution. Le reste, c’est le peuple qui juge », a conclut Alpha Condé.

Mamadou Samba Barry, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos