En ligne (connectés) : 0 94

Elections du 22 mars : plusieurs personnes tuées dans la capitale guinéenne

Victime-ckry

Malgré les menaces de la pandémie de coronavirus qui fait des ravage à travers le monde (plus de 11.000 morts) et la présence de deux cas confirmés en Guinée, le pouvoir Alpha Condé a organisé le très  contesté double scrutin législatif et référendaire ce dimanche 22 mars 2020. En marge de cette journée électorale  plusieurs manifestants opposés à l’organisation de ces élections en Guinée ont été tué dans la capitale Conakry.

Au total sept (7) personnes sont tombés sous les balles des forces de l’ordre dans la seule journée de ce dimanche 22 mars 2020. Ils sont :

Boubacar Barry alias Brother (tué à cosa) ; Elhadj Nassouroulaye Diallo (tué à cosa) ;  Hafiziou Diallo (tué à Hamdallaye) ;  Thierno Ibrahima 25 ans (tué à Kakimbo) ; Mamadou Oury Diallo, 23 ans (tué à  Dar-Es-Salam) ;  Hamidou, Chauffeur, âgé 25 ans (tué à Wanindara) ; Issa YERO, tuée à Ansoumanya.

Il faut noter que ces élections très contestée ont été dénoncée par la CEDEAO, l’Union Européenne et la francophonie. Ces institutions ont souhaité des élections inclusives avec la participation de tous les acteurs politiques une chose que le pouvoir en place a opposé un refus catégorique.

Dans plusieurs bureaux de vote de la capitale guinéenne mais aussi à l’intérieur du pays il a été constaté que les kits sanitaires étaient quasiment absents. Un risque de propagation de la pandémie de coronavirus.

N’Famoussa Siby, pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos