En ligne (connectés) : 0 45

Aboubacar Soumah accuse Abdoulaye Sow : « il a tenté de corrompre la plupart de nos camarades »

Soumah-et-Sow

Le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) Aboubacar Soumah est monté au créneau ce mardi, pour donner les raisons de la suspension des activités de sa structure au sein de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG). Il est reproché au secretaire général de l’USTG de tout mettre en œuvre pour saboter la grève du SLECG.

On n’en sait un peu plus sur les raison du divorce entre le SLECG dirgé par Aboubacar Soumah et l’USTG d’ Abdoulaye Sow. Invité dans l’émission les Grandes Gueules de la Radio Espace, Aboubacar Soumah s’est confié en ces termes.

«Premièrement, depuis que nous avons déclenché la grève, un mois de suivi de la grève, l’USTG n’a pas engagé une action pour nous accompagner. Lorsqu’il y a eu des cris à tous les niveaux de la part des enseignants, parce que la grève avait dépassé un mois, le premier point de presse qui a été organisé par l’USTG pour qu’elle puisse lancer une menace à l’endroit du gouvernement, a été une déception totale de la part du SLECG. Surtout, le discours que le général Sow a tenu ce jour-là, a surpris tout le monde disant que d’ici un mois si le gouvernement ne fait pas appelle, l’USTG va déclencher une action. Alors que la grève avait déjà dépassé un mois. Depuis ce jour, nous avons commencé à douter de sa moralité. En suite, durant la grève, il a tenté, par l’intervention de certains de ses adjoints à corrompre la plupart de nos camarades syndicats qui sont avec nous et qui jouent un rôle prépondérant dans le suivi de la grève », dit le secretaire général du SLECG.

Poursuivant, le secretaire général du SLECG dément catégoriquement Abdoulaye Sow qui dit s’être battu dans le dégel des salaires des enseignants grévistes du SLECG.

«C’est moi qui avais fait une correspondance à l’inspecteur général du travail pour demander le dégel des salaires des enseignants. Quand le Premier Ministre a vu la correspondance, il a donc ordonné le dégel des salaires. Ce n’est pas lui qui a fait ce travail. Lorsqu’il a fait sa communication autour de ça j’ai voulu réagir mais j’ai juste laissé tomber », souligne Aboubacar Soumah.

En attendant la version du secretaire général de l’USTG Abdoulaye Sow, le parfait amour est désormais un lointain souvenir entre le SLECG et l’USTG.

N’Famoussa Siby


A propos de l'auteur :

224infos