En ligne (connectés) : 0 21

Des cordonniers adressent un message à Alpha Condé

coordonniers-alphaconde

« Je lance un appel au…président Alpha Condé. Lui qui  aime parler de l’artisanat, mais concrètement on n’a rien vu», tels sont les propos du président de l’Union Nationale des Professionnels de Cuir et Peau de Guinée, Ibrahima Tounkara, lors d’un entretien qu’il a accordé à notre rédaction ce jeudi 11 avril 2018. Un entretien au cours duquel il nous a parlé des difficultés auxquelles les cordonniers guinéens sont confrontés.

Selon Ibrahima Tounkara,  la cordonnerie est un héritage pour lui. Un métier qu’exerçaient son papa et son  grand père.

Comme dans toute profession, les cordonniers aussi sont confrontés à de multiples problèmes, indique Tounkara Ibrahim « avant, la cordonnerie était un métier très noble. Maintenant ce n’est pas facile, parce que les matières premières (tapis, cuirs et autres) qui sont en Guinée sont très chères, à plus forte raison celles qu’on importe. Comme difficulté, il y a l’écoulement de nos produits. On travaille, mais pour écouler nos marchandises, ce n’est pas facile». A-t-il souligné.

Il ajoute« On n’a personne pour nous aider, on ne participe pas aux foires nationales et internationales par manque de moyen et de soutenance. On a beaucoup de projets et on les a présentés au gouvernement et aux bailleurs de fond. Maintenant, on se confie aux médias nationaux et internationaux si le gouvernement et les bailleurs de fond peuvent nous entendre… Les autorités savent qu’on est là, on a leur agrément. Et on paye toutes les taxes qu’on nous demande. On leur demande d’appuyer l’artisanat guinéen en général. Je ne parle pas de notre secteur seulement, plutôt les huit sous secteurs.  On a tous, les mêmes difficultés» dit-il.

Poursuivant, il profite pour lancer ce message« Je lance un appel au gouvernement, personnellement au président Alpha Condé. Pourtant, il aime parler de l’artisanat, mais concrètement on n’a rien vu. Le 16 mars 2011, on l’a rencontré au palais du peuple, on avait beaucoup dit ce jour là, mais jusqu’à présent on n’a pas vu des résultats fiables. Je demande au gouvernement tout entier, y compris le professeur Alpha Condé de veiller sur l’artisanat guinéen. On a trop souffert. L’artisanat guinéen représente 43% de la population, si  43% de la population souffrent, est-ce qu’il y a le développement» a déploré Ibrahima Tounkara.

De son côté, Mamadou Fodé Tounkara, artisan cordonnier depuis 1989 a aussi souligné quelques problèmes qu’ils rencontrent dans ce métier, tels que : le manque de matériel, le fond de roulement et autres. Sans oublier le manque de soutien de la part des autorités.

« On a beaucoup demandé aux autorités de nous aider, mais hélas. On n’a reçu aucun soutien de leur part. On leur tend la main afin de nous sortir de ces difficultés» a-t- conclu.

Abou Bakr Bangoura pour 224infos.org

A propos de l'auteur :

224infos