En ligne (connectés) : 0 17

Agence Guinéenne de spectacle : bientôt des sièges de partis politiques serviront de salles de spectacles

Sayon Bamba DG AGS

Ce mardi 24 avril 2018, la rédaction de 224infos.org s’est entretenue avec la Directrice Générale de l’Agence Guinéenne de Spectacle, Sayon Bamba. Dans cet entretien, elle nous a parlé de l’identification de certaines salles de spectacles à Conakry par sa structure, mais aussi de la demande de mise à disposition des artistes des sièges des partis politique pour leur prestation.

Selon Sayon Bamba, après  son arrivée à la tête de l’Agence Guinéenne de Spectacle, elle a constaté un dérèglement par rapport aux horaires des spectacles en guinée:

« nous nous sommes rapproché des lieux de spectacles, on a mis un règlement en place… Nous avons fait notre partition en précisant que finir tard les spectacles n’est avantageux pour personne, ni pour l’organisateur, ni pour le public qui vient de très loin… Si on veut contrôler les horaires, il faut qu’on soit plus près des lieux qui accueillent et on n’a pas cette proximité encore…ça donnerait plus de sécurité aux gens… mais au jour d’aujourd’hui, beaucoup d’efforts ont été consenti par rapport à cela. Il n’y a pas mal de spectacles qui commencent approximativement à l’heure. Malheureusement, on a plein d’autres organisations qui tardent du faite que, quand les gens arrivent et que la salle a été louée pour une autre activité. Donc du faite qu’ils attendent que la salle soit disponible pour installer la sonorisation, ça leur fait perdre le temps. C’est ce qui devrait être à éviter», déplore Sayon Bamba.

Avant d’ajouter « puis que les personnes qui louent les espaces doivent savoir qu’il y a un temps d’installation pour les artistes et qu’un spectacle qui est annoncé à 20heures, on devrait pouvoir mettre la salle à disposition à 14heures…Le public est vraiment habitué à ce retard qu’ils ne annoncent pas, parce qu’ils sont persuadés que rien ne sera prêt», a-t-elle déclaré.

Concernant  l’identification des salles de spectacles à Conakry, elle fait savoir qu’Il y a un effort qui est en train de se faire au niveau des promoteurs et des personnes qui accueillent ces promoteurs…

« On est en train d’identifier les salles de spectacles et elles seront agrées à partir des prochaines négociations. Ces salles seront nos partenaires directes…nous dirigerons tous les artistes vers ces espaces au lieu de les diriger vers les espaces qui ne favorisent  pas l’exécution. Nous avons commencé une campagne de repérage de ces salles qui aimeraient être partenaires à l’Agence Guinéenne de Spectacle et une campagne de publicité est en train de se mettre en place par rapport à ces différents lieux, pour les promouvoir, parce que si les salles ne sont pas connues, le public n’y vient pas. Donc pour palier à cela, il faut une campagne de communication… »

Pour  la directrice générale de l’Agence Guinéenne de Spectacle, au-delà des maisons des jeunes, il y a les partis politiques qui ont des salles qui peuvent être mises à la disposition des artistes pour leur prestation…

« C’est un vrai engagement qu’on demande aux hommes politiques, au-delà des mots et des critiques, s’ils veulent réellement contribuer au développement du pays, ils pourraient commencer par la mise à disposition de ces espaces pour les populations afin qu’on puisse organiser des événement dignes de ce nom, pour faire vivre ces lieux, ça pourrait être comptabiliser dans les actions de ces différentes partis»,

suggère Sayon Bamba

De poursuivre, elle ajoute

« on a fait des rapprochements avec un parti. Ce n’est pas contradictoire, on peut être président d’un parti, avoir un lieu et le mettre à la disposition de l’Etat afin de l’aider à progresser. Quand on est président d‘un parti, on est appelé un jour à être président…J’en appelle à la crédibilité des hommes politiques. Au jour d’aujourd’hui, le peuple n’est pas con, si on est vraiment dans une idée de construction d’un Etat, on devrait aider le système en place…chacun doit faire sa partition», dit-elle.

Satisfaite de l’effort fourni par certaines structures qui n’étaient pas dans les normes, elle les félicite :

« Les structures qui criaient dans la cité, se sont calmées et elles se sont pliées. Maintenant, elles organisent de manière professionnelle. On est satisfait…il y a des organisations clean»

Elle termine son intervention par ceci :

« il y a des structures qui organisent et elles ne sont pas dans les normes. Elles viennent à l’Agence Guinéenne de Spectacle dire qu’elles prendront la licence en nous demandant des doléances au nom de la souffrance et de la difficulté du terrain. Nous ne sommes pas là pour tuer le spectacle vivant. Il est de notre intérêt qu’il ait du spectacle. On assiste à l’événement et ces structures arrivent à faire le plein du carton, avoir les recettes. Mais, malheureusement, elles ne reviennent pas payer leur facture. Il y a une dizaine de structure qui doivent à l’AGS», a-t-elle conclu.

Abou Bakr Bangoura pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos