En ligne (connectés) : 0 76

Insécurité : Le CNOSCG hausse le ton contre la recrudescence de l'insécurité en Guinée

Insecurite : CNOSCG

Le conseil national des organisations de la société civile guinéenne CNOSCG, était face aux hommes de médias ce lundi 07 mai 2018 à leur siège situé dans la commune de Dixinn.

L'objectif de cette rencontre était de mettre à la disposition du grand public, le contenu d'une déclaration sur l'insécurité galopante dans notre pays. Pour le CNOSCG, cette situation est due en grande partie à l'impunité. Mamadou Taran Diallo est président de l'association guinéenne pour la transparence et membre du conseil National des Organisations de la Société Civile guinéenne

« Cette situation d'insécurité est causée par l'impunité, le manque de cohésion sociale, la méconnaissance et le non-respect des lois, les tensions permanentes, l'incivisme, l'affaiblissement de la justice, la déliquescence de l'autorité locale (quartiers et districts), la corruption, le communautarisme, l'ethnocentrisme et le repli identitaire », déplore Mamadou Taran Diallo, avant de rappeler les dispositions prévues par la loi dans la protection des citoyens.

Pourtant en référence aux dispositions constitutionnelles et des lois de la république,  notamment l'article 23 alinéa 3 de la constitution

« ...l'État doit assurer la sécurité à chacun, et veiller au maintien de l'ordre public... », et plus loin il indique,   «  la personne humaine et sa dignité son sacrées, l'État a le devoir de les respecter et de les protéger. Nul ne peut faire l'objet de tortures, de peines et de traitements cruels, inhumains ou dégradants »...

Il revient  à l'Etat, notamment à la justice, aux forces de sécurité et à l'administration d'assurer la sécurité de nos citoyens et de leurs biens », a indiqué le membre du CNOSCG.

Il ajoute ensuite :

« En marge des violences politiques, communautaires et urbaines, la recrudescence des violences  sexuelles et la persistance des mutilations génitales surtout féminines, le CNOSCG exprime ses vives inquiétudes face à la nouvelle forme de criminalité que constitue les enlèvements et les séquestrations des personnes. En guise d'illustration, le cas d'Elhadj Doura, qui a été injustement enlevé par des inconnus lorsque celui-ci  allait à la mosquée pour la prière de l'aube », a t-il ajouté.

La structure a par ailleurs fait des recommandations à l'État afin de palier à cet état de fait.

« Devant cette situation préoccupante et inquiétante, le CNOSCG face à sa mission de veille, d'alerte et d'interpellation, lance un appel pressant : au ministère de la santé, de prendre des dispositions urgentes en vue d'endiguer l'insécurité dans notre pays; aux autorités judiciaires, pour plus de diligence dans la lutte contre l'impunité qui est l'une des causes fondamentales de la flambée de l'insécurité; au chef de l'État garant de la sécurité et de la défense nationale, à faire montre de fermeté, de volonté politique pour instaurer le dialogue, renforcer l'autorité de l'État, d'accélérer le progrès social et promouvoir l'éducation civique de la population... »,  a conclut Mamadou Taran Diallo.

N'Famoussa Siby pour 224infos.org

A propos de l'auteur :

224infos