En ligne (connectés) : 0 15

Kankan : Les enfants se livrent aux travaux domestiques dans les marchés !

kankan-enfants-travaux-domesti

Célébré chaque année, le mois de juin est un rendez-vous consacré à la situation de l’enfant et de la mère dans le monde entier. Cette année le Thème retenu est :

« Aucun enfant laissé pour contre, pour le développement de l’Afrique »

A Kankan  par exemple, nombreux sont ces enfants qui passent toute la journée dans les rues entrain de vendre, quémander ou faire la cordonnerie  pour subvenir à certains de leurs besoins. Cette couche fragile qui devrait être protégée, est devenue aujourd’hui un véritable soutient de leurs famille.

Notre correspond est parti à la rencontre   certains de ces enfants dans les rues de Kankan.

Ici nous sommes au plus grand marché de Kankan appelé Dibida, Dans ce marché plusieurs enfants sont à la merci des travaux domestiques, c’est le cas d' Alpha Oumar barry, cordonnier, ce travail l’aide à mieux ce préparé pour l’ouverture des classes prochaine,

«Cela fait deux ans que j'exerce ce metier, je sors à 7h du matin quand j'ai pas cours jusqu'à 17h,ce boulot m'aide à subvenir à mes besoins par exemple, je gagne 20.000fg à 30.000Fg par jour et ça m'aide à mieux préparé la rentrée des classes et la fête de Tabaski.»

Pour sa part, Massa Millimono vendeur de draps de lit, explique comment il s'est retrouvé au marché :

« Moi je viens de Guekédou,je suis chez ma tante ici à kankan , mon papa m'a envoyé pour faire la menuiserie.Un jour ma tante m'a dit de partir vendre ses draps de lit  au marché  je me suis opposé à sa proposition, elle m'a frappé et elle m'a privé du mangé.Et dès lors,pour ne pas que je fasse chicoté encore j'ai obtempéré à sa décision.»

Selon Dr Abdoulaye wotem somparé sociologue à l’université de kankan, cette pratique est liée à la pauvreté,au confiage des enfants et la culture :

« Nous sommes dans une  société de tradition gérontocratie où les plus jeunes doivent travailler d'avantages pour les aînés ,c'est une réalité culturel. Il y'a une autre réalité,c'est que en Afrique il y'a confiage des enfants, la circulation entre les familles fait partie de nos valeurs de renforcer soit le lien de parenter ou le lieu d'amitié qui existent entre deux personne c'est ça qu'on appelle circulation Horizontale mais avec la création des la monnaie et des villes en Afrique cette circulation est devenue verticale c'est à dire la plupart sont des enfants qui viennes du villages pour être confié dans les familles.»

Notons que, c'est en 1991, que l'assemblée des Chefs d’Eta a institué la Journée de l’Enfant Africain.

Mohamed junior Diallo pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos