En ligne (connectés) : 0 44

Belle Vue école : Conflit domanial entre la Famille Cissé et le quartier.

chef-quartier-bellevue-conflit

C’est un conflit domanial qui oppose la famille  Cissé aux jeunes du quartier de Belle vue école dans la commune de Dixinn.  Les jeunes du quartier réclament le terrain car ils estiment que c’est une partie de la maison des jeunes du quartier mais la famille Cissé  réclame aussi la paternité du domaine. Diao Diallo président du conseil du quartier de Belle vue école accuser par la famille Cissé d’être à la base de ce conflit explique la genèse de ce problème.

« En  fait ce conflit il ne date d’aujourd’hui. Il y a très longtemps que les héritiers de feu Alseny Cissé, dans le secteur 5 revendiquent ce bâtiment qui constitue une annexe de la maison de jeune de belle vue école. Et je vous rappelle que cette annexe a été construite depuis 1958 au temps de la révolution et elle servait de magasinage de denrées alimentaires que le parti envoyais pour la population de Belle vue école. Donc  de 1958 à maintenant, ils n’ont rien dit.  C’est seulement vers 2012-2013 qu’ils ont dit que ce sont eux qui avaient  prêté là-bas au parti Etat. Nous nous avons  dit que nous ne pouvons considérer cette déclaration à partir du moment où tous les biens qui ont été saisi au temps de la révolution après la prise du pouvoir par le CMRN, ont été restitués  aux ayants droit. Donc nous avons dit que nous tenons à garder ce bâtiment tel que nous l’avons trouvé. C’est une partie de la maison de jeune, donc nous tenons à le garder comme nous l’avons trouvé », a expliqué le chef du quartier de Belle vue école.

famille-cisse-bellevue-conflit

La famille Cissé a déjà entrepris une démarche auprès de la justice afin que le problème soit résolu. Dans cette démarche judiciaire la famille Cissé sera  rétablie dans ses droits comme propriétaire légale du domaine. Mais cette décision sera contesté par le quartier car selon lui, il y a eu énormément de violation de dans la procédure par le juge en charge du dossier

« Moi j’ai été surpris lorsque cette famille a constitué un avocat. Ils m’ont adressé une sommation interpellatrice de libérer les lieux moi je leur ai dit  que d’abord ce n’est pas moi qu’occupe les lieux mais en tant que représentant de l’Etat que cette famille n’a aucun droit de vider les personnes qui sont là. Ce sont des personnes que j’ai trouvé là et ce n’est pas à moi de les faire sortir et surtout au nom d’une famille. Lorsque je n’ai pas voulu coopérer ils m’ont donc assigné en justice au paiement des dommages et intérêts...J’ai saisi la commune et la commune aussi a adressé un courrier à  l’agent judiciaire de l’Etat pour essayer de constituer un avocat pour défendre l’intérêt de l’Etat parce que c’est un bien de l’Etat. Mais très malheureusement, la procédure n’a pas été respecté par le juge en charge  du dossier parce qu’il y a eu beaucoup de violation de la loi dans la procédure »,  a déploré le chef du quartier.

Il ajoute par la suite

« des faits de non-recevoir  qui ont été soulevé par notre avocat mais le juge n’a pas tenu compte…en principe comme y a eu interruption dans les audiences la reprise devrait être fait par un avenir d’audience c’est ce qui n’a pas été le cas. Donc ils ont tenu les audiences là-bas nous n’avons pas été informé et une décision est tombée pas contre l’Etat mais contre Diao Diallo. Et puis, dans cette décision même ce qui est plus grave, ils ont dit les héritiers de Mr Alseny Cissé contre Mr Diao Diallo ils n’ont même pas dit chef du quartier. Pourquoi ? Parce qu’ils veulent simplement donné l’occasion à la famille de faire une exécution forcée de la décision parce que lorsqu’il s’agit de l’Etat, il n’y a pas d’exécution forcée », dit-il

avant de conclure en disant :

« …nous allons utiliser tous les moyens légaux pour sauver ce bâtiment parce que nous l’avons trouvé là il est hors de question qu’on laisse un mètre carré de cette partie-là à la famille. C’est pourquoi j’ai dit à la jeunesse de garder le calme et de passer par les medias, de passer par la sensibilisation pour que la famille comprenne que celui qui a rendu ce jugement-là, franchement, ce n’est pas pour amener la paix dans le quartier c’est pour mettre le feu dans le quartier et c’est ce que nous nous refusons », conclut-il.

Contacter, la famille Cissé nous a laissé entendre qu’elle n’a rien à dire car elle reste derrière la décision judiciaire qui tranche en sa faveur.

En tout cas, les jeunes du quartier Belle vue école n’en décolèrent pas ils promettent de tout faire pour empêcher qu’une famille se réclame propriétaire du bâtiment.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos