En ligne (connectés) : 0 7

Justice : «cette décision à mon égard est nulle...» dit Mariam Fodé Camara femme d’Aboubacar Sidiki Mara.

femme-sidiki-mara

Le secrétaire générale de l'Union générale des travailleurs de Guinée a été condamné le jeudi, 28 juin 2018, à 6 mois de prison, dont 4 assortie de sursis. Interrogée par rapport à cette décision du tribunal de première instance de Dixinn, justice sous perfusion

« Moi cette décision à mon égard Mariam Fodé Camara, la femme d'Aboubacar Sidiki Mara, parle d'une décision nulle et de nul effet et  dénonce une est nulle, c'est à dire je ne la considère pas. Parce que déjà dans un premier temps y'a une première réquisition qui a été faite, mais qui n'a pas été appliquée. Pourtant c'est une décision qui a été rendu par une juridiction de ce pays. Ça veut à suffisance dire que certains cadres même de cette justice n'ont pas de respect par rapport aux actes posés par d'autres de ce département. C'est encore très regrettable. Il faut dire que la justice guinéenne a encore prouvé davantage combien de fois elle est soumise, combien de fois elle n'est pas indépendante, combien de fois elle sous perfusion. Parce qu’aujourd’hui nous avons à faire à une justice téléguidée. Le monde entier est témoin, je suis très à l'aise en le disant. Nous sommes tous unanime de l'abus de pouvoir depuis l'enlèvement parce que ça d'ailleurs je n'appelle pas arrestation. Parce que je ne peux pas comprendre qu'on vienne déranger un citoyen en plein sommeil, qu'on le réveille et puis après pour l'accuser de troubles à l'ordre public. Nous on n’a vécu le régime militaire. Mais sous Dadis on n’a pas vu ça »,  a indiqué la femme du syndicaliste.

Poursuivant, la femme du secrétaire générale de l'UGTG, affiche sa déception

« C’est très regrettable que c'est sous un régime démocratique que ces genres d'actes se posent. C'est très regrettable. Aujourd'hui, la justice prouve que le citoyen en tant que tel ne peut pas venir vers cette justice. Pour ce cas précis, y'a une décision de justice qui a été rendu par la juge au niveau de la cour d'appel, mais cette décision n'a jamais été appliquée. L'on se demande pourquoi? Et aujourd'hui, il a fallu une requalification pour vraiment essayer de lui coller quelque chose à la peau, mais ça ne tient pas », regrette-t-elle.

Par ailleurs,  cette dame pointe du doigt la responsabilité du président  dans l’arrestation de son époux

« … le président de la République est derrière au fait les dossiers juridiques, je le dis haut et fort parce que, c'est lui qui a ordonné l'arrestation de mon mari. Aujourd'hui il faut qu'il ait des personnes capables d'appuyer sur le bouton rouge en disant non, ce que vous posez comme acte n'est pas normale. Mais au fait, il se fait entourer par des bénis oui oui, même quand il est dans des erreurs, personne ne peut dire non », s'indigne Mariam Fodé.

Il faut noter  qu'Aboubacar Sidiki Mara a 15 jours pour interjeter appel dans cette affaire, s'il n'est pas d'accord du verdict du tribunal de première instance  de Dixinn.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos