En ligne (connectés) : 0 24

Une nouvelle stratégie de communication à l’ITIE.

itie-communication

L’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) a organisé ce mardi, 03 juillet 2018 à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, un atelier sous le thème : Vulgarisation du film sur l’initiative pour transparence dans les industries extractives (ITIE) et les enjeux de la prochaine validation de la Guinée.

Cette rencontre a réuni membres de l’ITIE et responsables du département des mines en Guinée. Au cours de cet atelier des projections de films ont été faites sur la situation des zones industrielles. Films qui décrivent également la situation des populations qui vivent aux alentours de ces sites. Abdoulaye Soumah responsables des passations de marchés et de communication au sein du secrétariat exécutif de l’ITIE revient sur les objectifs de cette rencontre :

« Cette projection rentre dans le cadre de la stratégie de communication dont dispose l’ITIE depuis 2011 avec l’appui de la GIZ. Il était question que les citoyens du pays sachent quels sont les revenus qui sont tiré de l’exploitation de ses industries extractives. Pour l’orientation des revenus tirés des industries extractives, il faut que  toute la population soit concernée. Dit son mot pour qu’il y ait la rédevabilité au niveau des gestionnaires des deniers publics », explique le responsable de la communication.

Poursuivant, notre interlocuteur a évoqué les enjeux de la validation prochaine de la guinée à l’ITIE. Selon lui, cela permettra à la guinée d’être fréquentée par les investisseurs.

« La validation de la guinée est une obligation pour tous les pays qui met en œuvre l’ITIE. La validation ce n’est pas seulement en Guinée c’est pour tous les  pays qui ont intégrés l’ITIE qui doivent à chaque trois ans voir si les exigences de l’ITIE qui sont au nombre de sept à satisfaire pour ces pays ont été satisfaites…si la guinée arrive donc à atteindre de progrès satisfaisants, c’est un espoir, un gage pour que les investisseurs puissent venir valoriser les immenses potentialités minières dont dispose le pays », a-t-il évoqué.

Il faut noter que la problématique de la protection de l’environnement par les sociétés minières implantées en Guinée a  été également débattue au cours de cette rencontre. L’ITIE invite les autorités  à prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les sociétés respectent les conventions minières.

« Avant l’octroi d’un titre minier au ministère des mines  on exige l’étude de faisabilité, l’étude d’impact environnemental et de gestion environnementale. Donc et le ministère des mines et le ministère de l’environnement se charge de l’application de ces différents textes qui sont des textes qui ont été signés par ces sociétés minières et qui constituent des engagements dans les opérations des sociétés minières. Donc il est question de renforcer le contrôle pour que les décisions, les engagements auxquels ces sociétés minières ont souscrit puisse être respectés »,  a indiqué Abdoulaye Soumah.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos