En ligne (connectés) : 0 31

LEJEPAD : Lancement de l’atelier de formation sur la responsabilité sociale collaborative à Conakry.

atelier-formation-LEJEPAD

La structure Leadership Jeune pour la Paix et le Développement en Afrique-Guinée (LEJEPAD) a procédé ce Mercredi, 04 juillet 2018 dans un réceptif hôtelier de la place  au lancement d’un atelier de formation qui a pour thème principal : Responsabilité sociale collaborative, une approche sure pour une société de paix et de développement durable. Cette rencontre qui réunit acteurs de la société civile et de l’administration vise à promouvoir la bonne gouvernance  et  la prévention des conflits et  la recherche des consensus dans notre pays. Bangaly Minatagbè Camara est le directeur exécutif de LEJEPAD

« Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit dans notre pays. Vous n’êtes pas sans savoir que l’un des piliers de la démocratie c’est la redevabilité. Mais si elle est menée de façon collaborative c’est mieux, c’est à dire que les acteurs de la société civile collaborent avec les gouvernants dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance en globale mais aussi au niveau local de la gouvernance de nos concitoyens. Il serait mieux que les deux entités puissent collaborer pour le bien des citoyens…son objectif global est d’apprendre comment la responsabilité sociale collaborative peut contribuer à améliorer la prestation de services publics tout en renforçant les compétences et les capacités nécessaires à la prévention des conflits et à la recherche de consensus», a expliqué le directeur exécutif de LEJEPAD.

Durant deux jours, les  participants seront outillés des techniques sur la notion de redevabilité. Ce projet  est une initiative conjointe de LEJEPAD et du partenariat global international avec le financement de la banque mondiale qui entend faire de la responsabilité sociale collaborative un outil au service de la bonne gouvernance. Maria Cavatore représentante de la Banque Mondiale partenaire technique et financier de ce projet n’a pas manqué de rappeler dans son intervention,  l’idée de ce projet.

« L’idée est de faire un état des lieux, d’évaluer, de comprendre qu’est ce qui s’est passé en Guinée au niveau des processus de redevabilité sociale.  Nous sommes déjà venus  avec une équipe au mois de Décembre pour rencontrer les organisations  de société civile, rencontrer des représentants du gouvernement comprendre ce qui s’est passé dans le pays au niveau de cette redevabilité sociale. L’idée aujourd’hui avec l’EJEPAD comme leaders du projet est de comprendre et d’apprendre des expériences  de redevabilité sociale. De comprendre quels sont les besoins en capacité,  de manière à faire un état des lieux et pouvoir éventuellement dans une phase deux, comprendre comment le GPSA pourrait travailler au renforcement de ces capacités.  Cet atelier se concentre sur la redevabilité sociale collaborative qui est un processus qui tend à  promouvoir la collaboration entre les acteurs étatiques, les organisations de la société civile ainsi que les citoyens. Nous allons donc discuter de la redevabilité sociale collaborative et de la prévention des conflits », a indiqué la représentante de la Banque Mondiale dans ce projet.

Pour sa part, le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté Khalifa Gassama Diaby  qui a présidé cette rencontre, le principe de redevabilité est un principe démocratique et une obligation pour les gouvernants et les acteurs socio-économiques du pays avant d’encourager les organisateurs.

« Dans une société démocratique, tous ceux qui ont une part de responsabilité qu’elle soit politique ou sociale doivent obéir au principe de redevabilité, de responsabilité. L’essentiel est d’outiller les différents acteurs sur le terrain, de moyens intellectuels,  techniques pour pouvoir assurer et assumer ce principe qui s’impose. Le principe de redevabilité est un principe démocratique  c’est une obligation… je ne peux que vous encourager le plus vivement dans le cadre de cet atelier pour honorer notre devise nationale travail, justice et solidarité en rappelant que la démocratie c’est n’est pas simplement le principe de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance, la démocratie c’est aussi un ensemble de valeurs et de principes, la démocratie c’est aussi une vision de la société, une vision du monde », a souligné le ministre de l’unité nationale.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos