En ligne (connectés) : 0 59

Grève : L’Inter centrale USTG-CNTG annonce à une nouvelle grève dès le Lundi

greve-prix-carburant

L’Inter centrale CNTG-USTG était en assemblée générale ce samedi, 07 juillet 2018 à la bourse du travail. Il était question pour les responsables syndicaux de faire le compte rendu de leur rencontre avec la partie gouvernementale du vendredi 06 juillet par rapport au prix du carburant à la pompe.

Après donc le compte rendu, les syndicalistes ont estimé que les lignes n'ont quasiment pas bougé. Par conséquent, l'Inter centrale syndicale CNTG-USTG a décidé de poursuivre la grève de trois jours allants du Lundi 09 au mercredi 11 juillet 2018. Louis M’bemba Soumah secrétaire général de l'USTG à demander aux travailleurs de serrer la ceinture jusqu'à la satisfaction totale des revendications

« la balle est dans notre camps. Il faut serrer la ceinture. Ils veulent faire la tête dure, il faut  les montrer  qu'on n'a la tête plus dure qu’eux. Et tant que les huit mille francs ne descendent pas la grève va continuer. Donc je le dis, la balle est dans notre camp. Il faut que nous soyons fermes. Qu'ont disent non, tant que ce n'est pas fait c'est non. Donc je prie chacun de vous de faire en sorte que la grève soit respectée dans tout le pays et dans toutes les entreprises. C'est ce qui va les contraindre à respecter ce que nous avons demandé », a dit le secrétaire général de l'USTG.

Plus loin, Louis M’bemba Soumah explique les conséquences  de l'augmentation du prix du litre du carburant sur le panier de la ménagère avant de traiter de misère, les salaires des fonctionnaires.

« À l'heure actuelle tout le monde le sais tous les prix ont augmenté. Pourtant les salaires sont là hein. Les salaires de misère. Donc nous notre seule arme c'est la grève et c'est une arme légale. Nous allons l'utiliser tant qu'ils ne nous donnerons pas notre droit. Je vous prie pour une fois qu'on serre la ceinture jusqu'au bout. Jusqu'à ce qu'on obtient ce qu'on n'a demandé », plaide Louis M’bemba Soumah.

Il faut rappeler que l'Inter centrale syndicale CNTG-USTG avait déjà organisé une grève perlée de trois jours dans la capitale guinéenne et à l'intérieur du pays.

N'Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos