En ligne (connectés) : 0 43

Interdiction des manifestations : Khalifa Gassama Diaby donne une leçon de démocratie au gouvernement

gassama-diaby

Depuis l’annonce de l’interdiction des manifestations de la société civile guinéenne réunie au sein des Forces Sociales de Guinée nombreux sont les acteurs sociopolitiques de notre pays qui ont  dénoncé cet état de fait. Parmi ces acteurs figure le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté Khalifa Gassama Diaby. Pour le ministre, la constitution guinéenne garantie un droit de manifestation aux citoyens et interdire  cela équivaut  à violer la constitution. Et du coup ce serait un recul pour la démocratie dans notre pays.

« Notre constitution garantie aux citoyens la liberté d’opinion et de l’organisation. Toute décision d’interdiction générale ou absolue des manifestations est un recul pour la démocratie. Toute décision qui empêche les citoyens de s’exprimer dans un cadre légal, sans violence est un recul pour la démocratie et contraire à notre constitution et cela ne peut être défendable », indique d’entrée le ministre Khalifa Gassama Diaby.

Poursuivant, le ministre en charge de l’unité nationale et de la citoyenneté estime qu’il est tout à fait normal  qu’il  y ait contradiction entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Et souligne qu’il n’est pas question de soutenir une telle décision. Décision qu’il juge  contraire aux règles et principes démocratiques

« Je veux appeler les différents acteurs y compris le gouvernement auquel j’appartiens que chacun garde son calme…il ne faudrait pas qu’on est peur de la contradiction, du débat et même de la critique fit elle désagréable. Il ne faut pas qu’on recul. La démocratie il faut avoir le courage d’aller au bout. En tant que ministre en charge des questions de droits humains, je ne peux pas être en accord avec une décision de façon générale. On peut interdire de façon exceptionnelle lorsque de motifs réels et objectifs de troubles à l’ordre publique sont là, on peut interdire  circonstanciellement, conjoncturellement une manifestation mais on ne peut pas empêcher les citoyens guinéens, quel que soit les désaccords, par ailleurs, d’exprimer ce qu’ils pensent et de le dire publiquement y compris par les marches ou par les manifestations. Cela doit être clair et il l’est moralement, personnellement impossible de défendre une telle décision », souligne-t-il.

Plus loin il precise :

« Le rôle de la société civile est de critiquer lorsqu’elle n’est pas d’accord. Elle est dans sa légitimité. Et de réagir dans le cadre légal. Son rôle n’est pas de violer la constitution. Et violé la constitution c’est vouloir déstabiliser ou demander le départ du gouvernement. Personnellement je pense que ce n’est pas l’objectif de cette société civile. On peut être en désaccord tant qu’elle est dans son rôle de dire ce qu’elle pense bien entendu dans le respect de la loi. Et je crois qu’il faut sortir de la psychose et de la  peur. Le gouvernement qui est là est un gouvernement de la République, est un gouvernement légitime. On peut être en désaccord avec le gouvernement et le critiquer. Il faudrait sortir de la psychose et de la peur et ne pas reculer en arrière. Parce que les uns et les autres pensent que quand on n’est pas d’accord on pense que les uns veulent le départ des autres. Que la société civile reste dans son rôle de critique, de contre-proposition et de pédagogie citoyenne dans le respect de la constitution », conclut le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté.

Il faut rappeler que le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté Khalifa Gassama Diaby est connu pour son engagement  dans la défense des principes et règles de la Démocratie dans notre pays. Khalifa Gassama Diaby vient à nouveau de donner une leçon de démocratie au gouvernement Condé.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos