En ligne (connectés) : 0 14

Crise sociale en Guinée : La CONASOC invite les acteurs à privilégier le dialogue.

conasc

La  Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile Guinéenne (CONASOC) a organisé ce mercredi, 01  Aout 2018 une conférence de presse à la maison commune des journalistes de Coléyah. Cette démarche de la structure vise à rapprocher les partenaires sociaux (société civile, syndicat et patronat) et gouvernement autour de la table des négociations afin de trouver une issue favorable à la crise qui perdure dans notre pays. Crise née de l’augmentation du prix du carburant à la pompe.

Cela fait un mois jour pour jour depuis que le gouvernement guinéen a réajusté le prix du litre du carburant à 10000FG à la pompe. Depuis, plusieurs acteurs de la société civile ce sont engagés à faire fléchir le gouvernement guinéen, à revenir sur cette décision. Pour cela les acteurs ce sont réunis au sein d’une structure appelée ‘’Les Forces Sociales de Guinée’’.

Des marches pacifiques, des villes mortes ont été organisées  par les Forces Sociales de Guinée mais jusqu’à présent le gouvernement reste inflexible sur sa décision.

La CONASOC à travers son président invite les autres acteurs des organisations de la société civile guinéenne a changé de stratégie tout en privilégiant le dialogue. Selon lui, la solution à cette crise passe forcément par le dialogue

« tout le monde savait que nous avons engagés des mots d’ordre de grève, des villes mortes, des déclarations plus ou moins acceptables  mais aujourd’hui ça ne bouge pas. Si ça ne bouge pas il faut faire des propositions. Alors qu’est-ce que la CONASOC a proposé ? C’est le dialogue. Nous avons pensé qu’il n’y a pas de solution en dehors du dialogue, il n’y a pas de solution en dehors de la concertation. Nous sommes tous des responsables. La Guinée appartient à tout le monde qu’on soit membre du gouvernement, de la société civile, du syndicat ou  des simples citoyens personne ne peut prendre ce pays en otage. Mais si nous nous asseyons et qu’on discute on peut savoir le point de vue des uns et des autres. A travers ce point de vue on peut savoir de quel côté se trouve la vérité. Donc c’est pourquoi nous avons voulu apporter notre part de vérité. Ce n’est pas une sortie à part mais c’est des propositions concrètes et réalistes que nous avons effectivement voulu faire. Il y a trente jours, on n’a dit marche illimitée, ville morte illimitée avec des déclarations mais quels sont les résultats aujourd’hui ? On n’a pas pu négocier les problèmes qui concernent les citoyens et nous sommes restés dans une situation alors qu’il y a des besoins qui se font sentir. La seule façon de parler des mesures d’accompagnement, de parler de la structure du prix c’est effectivement autour de la table avec le gouvernement, le syndicat et le patronat », a indiqué le président de la Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile Guinéenne Elhadj Mamadi Keita.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos