En ligne (connectés) : 0 50

Journée Internationale de la paix : « On use de la force en ignorant les lois de la république » Gassama Diaby.

journee-dela-paix

A l’occasion de la célébration de la journée internationale de la paix, le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté  s’est adressé à la nation une déclaration. Khalifa Gassama Diaby a à travers ce discours, dénoncé les récentes manifestations et la réaction des services de sécurité dans le maintien d’ordre.

D’entrée, le Ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté a fait cette remarque

« Notre pays, sans être en guerre, se trouve dans une situation de fragile paix et de multiples menaces pour celle-ci. Le non-respect des lois de la république fragilise notre vivre ensemble démocratique. Les promoteurs de la haine, de la division, de la discrimination prolifèrent avec insolence et irresponsabilité au détriment du respect mutuel de  la fraternité démocratique. La violence prend racine dans nos quotidiens avec complaisance et insensibilité au mépris de l’humanité. Des injustices se banalisent avec  insolences. La pauvreté et la misère en tant que facteur de menace pour la paix, étranglent nos concitoyens. La politique perd son sens et sa finalité heureuse », a fait remarquer le ministre Gassama Diaby.

Poursuivant, le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté n’a pas manqué de se prononcer sur les évènements survenus dans la préfecture de Mandiana. Pour Khalifa Gassama Diaby, les injustices  auraient pu être évitées si toutes fois les précédentes avaient été sanctionnées

« Notre système démocratique se perd dans des conjonctures malsaines. On use de la force en ignorant les lois de la république. Des violences et les injustices récemment subies à Mandiana ne seraient certainement pas arrivée si le précèdent à Conakry, à Boké, à Kindia, à Siguiri ou dans la région forestière avaient été puni et sanctionné. Avant Mandiana, combien de citoyens sont mort par balle à Conakry ou dans d’autres villes de notre pays ? Où sont les auteurs de ces crimes ? Où est la justice pour ces âmes tristement arraché aves des familles plongées dans la tristesse. C’est insupportable et cela est une menace pour notre paix collective. Nous payons donc aujourd’hui le prix de notre complaisance immorale de la culture de de l’impunité et du laisser-aller. Il n’est pas acceptable que la vie de nos concitoyens soit ci peu importante. Rien ne justifie qu’on enlève la vie d’un citoyen ni à Mandiana, ni à Siguiri, ni à N’Nzérékoré, ni à Labé, ni à Conakry. On n’aurait pas connu ce drame insupportable à Mandiana si les premières victimes des manifestations avaient bénéficié de la justice à travers des sanctions sévères et exemplaires. Le mal reste le mal. L’injustice reste l’injustice. Peu importe qui le subi ou qui profite, ils doivent être combattu pour espérer et garantir une paix durable. Le ministre de l’Unité Nation a également dans ce discours rappelé le rôle de l’Etat et des services de sécurité avant d’invité les uns et les autres à la préservation de la paix « Le rôle de l’Etat et plus particulièrement les services de sécurité de défense est de protéger les citoyens guinéens, le peuple de Guinée dans sa totalité, dans sa diversité sociale et dans son unité politique. Les citoyens qui s’adonnent à la violence doivent en répondre devant la justice. Mais cela ne peut en aucune manière justifier l’usage disproportionné et illégale de la force, par des agents de sécurité que ça soit à Mandiana ou ailleurs. La vie humaine est sacré tout comme la dignité humaine. Il est autant qu’on s’en rende  compte en guinée, il est temps aussi qu’on s’en rende compte dans notre pays c’est aussi cela le chemin de la paix. Est-il nécessaire de rappeler que les lois ne servent en rien si elles ne sont pas appliquer à tous, citoyens et responsable, faible et puissant, riche ou pauvre, civile ou service de sécurité, elles sont des préalables et des conditions de notre paix sociale et de notre prospérité équitables. Si notre pays ne prend pas le chemin de cette moralité démocratique et humaniste il se perdra à jamais », a déclaré Khalifa Gassama Diaby.

Il faut noter que cette journée est célébrée sous le thème ‘’  Le droit à la paix: 70 ans après la Déclaration universelle des droits de l’homme’’.

N’Famoussa Siby pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos