En ligne (connectés) : 0 42

Journée ville morte : les activités au point mort sur la route le prince.

villemorte-route-prince

Ce lundi, 15 octobre 2018, marque le début de la série de manifestations projetées par l'opposition républicaine le week-end dernier. Cela pour protester contre, dit-elle, l'installation sélective des conseillers communaux dans certaines circonscriptions.Tout doit donc débuté par des journées ville morte à partir de ce lundi sur toute l'étendue du territoire national.

Pour cette première journée, le mot d'ordre lancé par les adversaires politiques du pouvoir Condé semble être mis à exécution dans certaines communes de la capitale a constaté un des reporters de notre redaction 224infos.org.

C'est le cas par exemple de la commune de Ratoma, un des fiefs de l'opposition républicaine.

Comme on pouvait s'y attendre, dans certains quartiers comme à Hamdallaye, le constat était sans équivoque.  Magasins et boutiques fermés, circulation paralysée...la nature était au couleur d'une ville morte en tout cas.

villemorte-2route-prince

Au petit carrefour le prince, c'est le même constat. Seuls quelques motocyclistes circulaient abondamment. Des véhicules, taxis comme personnels étaient obligés de faire demi-tour. Comme pour dire qu'il n'y a pas de risque à prendre.

Plus loin, au rond-point Bambéto, des barricades étaient  érigés tout au long de la route pour empêcher la circulation. Là-bas, le terrain appartenait aux jeunes en colère qui régnaient en maître absolu. Les usagers sont obligés de faire leurs trajets à pied.

Pour le moment, aucun incident n'est à déplorer.

Il faut signaler que pour cette première journée ville morte, on assiste à une absence des forces de sécurité sur la route le prince. Car tout au long de notre constat, on a pu apercevoir sur le terrain qu’une seule unité de la CMIS au carrefour Concasseur.

Yamoussa Cheick Camara pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos