En ligne (connectés) : 0 95

Khalifa Gassama Diaby s’interroge « C’est quoi être fier d’être guinéen ? Sommes-nous fier de quoi ? »

gassama-diaby

Le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté a fait ce lundi 22 octobre une sortie médiatique.

Khalifa Gassama Diaby s’est prononcé sur plusieurs sujets de la vie société politique guinéenne notamment les récents évènements qui ont secoué la capitale guinéenne et la région de Kindia.

C’est quoi être fier d’être guinéen ? Sommes-nous fier de quoi ? Du mensonge qui est devenue notre sport favori ?

A l’entame de son intervention, le ministre s’est tout d’abord posé des questions sur la fierté du guinéen

« C’est quoi être fier d’être guinéen ? Sommes-nous fier de quoi ? Du mensonge qui est devenue notre sport favori ? De la haine qui devient de plus en plus compagnon fidel des guinéens ? De l’injustice qui est notre quotidien national ? De la discrimination qui est devenu une stratégie nationale ? De la méchanceté ? De l’exclusion qui est devenu notre arme favorite ? De la pauvreté qui pervertie nos vies quotidiennes ? De la misère qui simulie chacun d’entre nous ? De la médiocrité qui est devenue culturelle ? De l’impunité qui s’est érigé en norme suicidaire. Nous somme fier d’être incapable de nous aimer entre nous, de nous respecter, d’unir nos intelligence pour sauver et rendre grand et fier notre patrie la guinée… je ne sais pas de quoi nous sommes fier de ce pays ou d’être guinéen. Nous pouvons être fier peut être de ceux qui nous ont fait accédé à l’indépendance », a expliqué Gassama Diaby.

Poursuivant, le ministre Khalifa Gassama Diaby dénonce la communautarisation à outrance des élections dans notre pays. Pour lui, tous les acteurs politiques sont responsables de ce qui arrive à notre pays

« Tout le monde manipule tout le monde. L’agneau de sacrifice c’est le peuple, les citoyens. Le jeu est très simple. Nous sommes dans un système démocratique qui, a priori, est structuré. Il y a des citoyens qui votent pour des projets de société mais à partir du moment où on est dans un système qui est biaisé, il n’y a pas de citoyens, il y a militants appartenant à la communauté X, militants appartenant à la communauté Y, le jeu démocratique est biaisée », déclare le ministre.

Par ailleurs, le ministre de l’unité nationale et de la citoyenneté a lancé un appel pressant aux guinéens et de ceux de Kindia en particulier à s’abstenir de toutes violences

« Je dis aux Guinéens, vous êtes en train de creuser vos propres tombes et demain ne venez pas pleurer. Le mal, vous le faites par vos mains. Je dis à ceux de Kindia, aux jeunes, aux femmes et aux sages parce qu’il faut rappeler à Kindia que la violence commence par les mots. Moi, les politiques ça m’es égale, les partis politiques soit de l’opposition ou  de la mouvance. Mais je dis ceci, quand on commence dans une contrée à porter des propos discriminants et d’exclusions, il ne faudra pas s’étonner de la violence. Et je crois que ceux qui portent ces propos à Kindia n’honorent ni la nation, ni la république. Et demain même quand ils seront dans leurs tombes, l’histoire les rendra responsables de ce qui est arrivé à Kindia. Je l’ai dit et je le redis, il n’y a pas de Guinéen étranger en Guinée », a indiqué le ministre Khalifa Gassama Diaby.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos