En ligne (connectés) : 0 23

Partage d’expériences de l’UPF avec reçues lors des 47eme assises en Arménie avec les médias locaux.

upf-partage-experience

L'Union de la Presse Francophone section Guinée était ce mercredi 07 novembre 2018, devant la presse à Conakry.

Objectif, faire la restitution de la 47eme assise de l'Union de la Presse Francophone qui a lieu en Arménie dont le thème central était « Média et migration ».

Un thème qui a fait l'objet d'un important débat dans la salle Mohamed Koula Diallo de la maison de la presse de Guinée.

C'est une conférence de presse marquée par la présence du  ministre guinéen de l'information et de la communication. C'était dans une salle plein à craquer, de journalistes du pays.

Devant les micros et les caméras, le président de l'Union de la Presse Francophone, section Guinée a rappelé la thématique choisie en Arménie lors des 47eme assises de l'UPF. "Média et migration"

Une thématique évocatrice selon Ibrahima Koné

« On peut retenir que la 47eme assise d'Arménie s'est tenue sous le thème média et migration. Et aujourd'hui nous tous nous le savon, la Guinée est un pays de départ où y'a eu beaucoup de jeunes qui sont partis à l'étranger. Et nous voyons chaque année ce que l'OIM fait pour le retour des jeunes guinéens », a indiqué Ibrahima Koné.

Les hommes de médias, quels rôles peuvent-ils jouer dans le processus de la migration irrégulière en Guinée ?  Voici la réponse du président l'UPF/Guinée

«  C'est de sensibiliser, amener ces jeunes guinéens à pouvoir croire à l'avenir ici en Guinée et interpeller l'État de pouvoir donner cette chance à la jeunesse guinéennes, de pouvoir les donner cet esprit de dire je ne pars pas, Je dois bâtir mon avenir en Guinée. J'ai tout en Guinée. Mais tout cela,  y'a des mécanismes qu'il faut mettre ensemble », a signalé cet homme de média.

Et c'est justement dans cette lancée que le ministre de l'information et de la communication a accompagné la section guinéenne de l'UPF. Pour Amara Somparé,  la migration est un processus normal. Mais son allure actuelle reste à désirer en Guinée. D'où l'importance de la sensibilisation des jeunes candidats à cette aventure suicidaire

«  Il est clair que c'est aujourd'hui une question de société qui touche beaucoup de jeunes en Guinée et d'ailleurs à travers l'Afrique. Et il est extrêmement important en tant que média et en tant que institution du gouvernement, nous prenions nos responsabilités pour sensibiliser afin de les décourager de tenter une aventure extrêmement risquée pour leurs intégrités physiques et pour leurs vies », dit le ministre de la communication.

Et pour y arriver, selon le ministre

« Il faut connaître le phénomène, mener des investigations pour comprendre la complexité du phénomène. Et une fois que le phénomène sera bien compris, nous pourrons apporter des solutions, des sensibilisations qui pourront s'adapter à chaque cas », a conclu Amara Somparé.

Yamoussa Cheick Camara pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos