En ligne (connectés) : 0 42

Martine Condé aux patrons de médias « Il y a assez de dérapage ».

martine-conde-hac

Comme annoncé dans le communiqué de la Haute Autorité de la Communication lu sur les antennes de la télévision nationale dans la soirée du lundi, les patrons des medias ont effectivement répondu à l’appel de la présidente de la HAC Martine Condé ce mardi, 13 novembre 2018.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la concertation sur le traitement, de la diffusion de l’information liée à la situation sociopolitique de notre pays et le rôle des medias dans la préservation de la paix et de la quiétude sociale.

C’est la salle de conférence de l’institution chargé de la règlementation des medias HAC (Haute Autorité de la Communication) qui a servi de cadre à cette rencontre. Les patrons de medias ont répondu massivement à l’appel mais aussi les syndicats des medias  guinée.

Dans son introduction, la président de la HAC Martine Condé  a fait remarquer tout d’abord ceci

« Nous vivons en effet, depuis plusieurs semaines, une situation de tension marquée par la grève des enseignants, des manifestations politiques, des violences dans certaines parties de la capitale et même à l’intérieur du pays. Ce contexte de crise oblige, aux professionnelles de medias que vous êtes à plus de responsabilité. Car, votre rôle est essentiel dans le renforcement de la démocratie, la préservation de la paix et de la stabilité dans le pays. La loi sur la liberté de la presse vous donne le droit de permettre à tous les courants de pensées et d’opinions de s’exprimer. C’est normal dans une société démocratique. Cependant, cela doit se faire avec responsabilité et esprit patriotique. Je voudrais rappeler ici, la loi organique L002 portant liberté de la presse dispose en son article 30 alinéa 2 et 3 ‘’aucune station de radiodiffusion et de télévision privée ou communautaire ne doit ni directement, ni indirectement s’identifier à un parti politique, à une religion, à une région ou encore à une ethnie. L’expression des partis politiques ou de confessions religieuses est autorisée dans le respect des lois en vigueur’’ », a déclaré Martine Condé.

La président de la HAC a, par la suite félicité les medias qui traitent l’information avec beaucoup de professionnalisme avant de dénoncer dans le même sens quelques dérapages constatés dans certains medias en guinée

«  Au nom de mes collègues, je félicite les medias que vous représentez car la plupart agissent de manière responsable et professionnelle. Il y a en effet beaucoup de medias qui assurent une couverture équilibrée et responsable des évènements qui se produisent en Guinée depuis plusieurs semaines. A ceux-là, j’adresse tous mes encouragements et les invitent à persévérer dans ce sens. Nous devons ensemble reconnaitre aussi que parmi les medias guinéens, il y en a qui ont un traitement tendancieux de l’information et qui commettent des dérapages. Ces derniers vont en l’encontre de la disposition de la loi L002 portant liberté de la presse et de la charte déontologique des medias. Il y a assez de dérapage que nous constatons dans certains contenus. Cela doit changer »a indiqué la présidente de la HAC.

Présent à cette rencontre, le président de l’URTELGUI Sanou Kerfalla Cissé a salué l’initiative à sa juste valeur puis a invité également les journalistes à plus de professionnalisme dans le traitement de l’information

sanou-kerfalla-cisse-urtelgui

« je voudrais saluer d’abord l’initiative que la Haute Autorité de la Communication vient de prendre. Ce n’est pas une première fois, en temps de crise de se retrouver et parler des problèmes internes de notre profession. Beaucoup de chose ont été dites au cours de cette rencontre. Il est vrai que les journalistes que nous sommes, quelques niveau que ce soit, nous avons aussi notre part de responsabilité dans ces dérapages qui arrivent aujourd’hui. Mais en tant que professionnel de la communication, il est de notre devoir de préserver d’abord la paix, la quiétude sociale, l’unité nationale c’est notre rôle premier. Lorsque nous sommes dans l’ambiance, dans le feu de l’action, nous oublions dès fois que nous sommes même des citoyens…une période comme celle qu’on est en train de traverser il est de notre devoir, il est de notre responsabilité de se regarder en face et de se dire les dix milles vérités pour que nous puissions sauver cette maison Guinée », a déclaré le président de l’URTELGUI (Union des Radios et Télévisions libres de Guinée).

Il faut rappeler qu’au cours de cette rencontre, la démarche de l’AGUIPEL qui consiste à inviter la presse en ligne à plus de responsabilité a été hautement saluée par la présidente de la HAC, Martine Condé.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos