En ligne (connectés) : 0 21

Concert bloqué : Les artistes Elie et de Takana Zion en colère contre le gouvernement guinéen.

concert-takana-zion-et-elie-kamano

Après avoir enterré la hache de guerre, les artistes Elie Kamano et Takana Zion ont décidé par la suite d’organiser un concert géant pour la paix à Conakry au stade du 28 septembre. Mais cette initiative tarde toujours à se concrétiser.

Interrogé chez nos confrères de la radio espace sur les raisons du blocus dans les préparatifs de ce concert, ce mercredi, 14 novembre 2018 les deux artistes Takana et Elie Kamano estiment que c’est le gouvernement qui met les bâtons dans les roues. Selon eux, Elie Kamano et Takana Zion autour d’un même idéal n’arrangerais pas les autorités du pays

« Les lignes ne bougent pas. Parce que les autorités de ce pays ne veulent pas voir Elie Kamano et Takana sur scène pour unifier cette jeunesse-là. Ça ne va pas dans leurs intérêts si ce n'est pas pour parler du RPG ou faire la propagande d'un parti politique ou de mouvance. On n’est pas là pour ça. Nous sommes des fruits de cette société, nous avons été à l'école et cette société nous a tout donné et nous a engendrés. Aujourd'hui, ce que nous avons comme gagne-pain, c'est la scène, c'est la musique. Alors si les autorités de notre pays à défaut de nous aider, de nous accompagner dans ce que nous faisons, nous empêchent ou interdisent une initiative aussi noble, je pense que y a une certaine dictature dans ce pays », a dénoncé Elie Kamano.

Pour celui que l’on  nomme depuis longtemps le général du reggae guinéen, ils ont épuisé toutes les voies de recours auprès des autorités pour la tenue de ce concert, mais en vain. Elie Kamano dénonce donc la mauvaise foi des responsables du pays

« Nous, on a compris que le manque de volonté émane tout simplement du fait que Takana et Elie sont des artistes qui peuvent ou, qui ont la capacité de mobiliser des milliers de jeunes. Alors ils ont tout simplement peur, peut-être que sur scène qu'on ne tienne des propos allant à l'encontre de leur politique », ajoute-t-il, par ailleurs.

Pour sa part, Takana Zion reste catégorique. Le gouvernement guinéen a pour objectif un troisième mandat pour Pr Alpha Condé. C’est pourquoi le concert de la paix des deux artistes n’est jusque-là, pas autorisé

« Ce gouvernement ne veut vraiment pas d'unité et la paix en Guinée comme ils prétendent. Parce qu’ils sont passés par plusieurs manières pour diviser Elie Kamano et Takana Zion. Ça fait plusieurs fois que nous nous mettons ensemble et à chaque fois ça part en couille. Parce qu’ils sont capables d'appeler Elie Kamano pour lui dire que méfie-toi de Takana il est fou ou Takana méfie-toi d'Elie Kamano il est politique. Et puisqu'ils ont à chaque fois utiliser les mêmes stratégies, nous avons décidé définitivement de nous mettre ensemble et de faire ce qu'on a pour l'unité et la paix en Guinée. Il faut comprendre aussi que ce gouvernement a pour objectif aujourd'hui le troisième mandat. Il a donc décidé de rentrer en rapport de force avec un peuple sans défense et ainsi tous les guinéens qui peuvent penser et dire leurs opinions sont menacés », a déclaré Takana Zion.

Alors après avoir épuisé toutes les procédures légales auprès des autorités sans succès, les deux icônes du reggae en Guinée vont-elles renoncer à leur concert ? Ou bien une autre stratégie est-elle envisageable ? Voici la réponse des deux hommes

« Si le concert ne se passe pas, finalement nous allons appeler tous nos fans, tous les jeunes guinéens à Conakry et à l'intérieur du pays, on va descendre dans la rue, on va marcher, aller au ministère de la tutelle parce que c'est le ministre Bantama Sow même qui veut pas s'impliquer afin que ce concert ait lieu. Si c'était eux qui avaient organisés ce concert, ça allait avoir lieu à des fins politiques. Mais nous, si ça ne se fait pas, nous allons donner un itinéraire aux jeunes le 26 novembre, nous allons prendre la rue. Et ils vont nous prendre, ils vont nous loger dans leur pigeon qu'ils ont conçu pour des personnes qui élèvent leurs voix pour la démocratie et la liberté dans ce pays-là », a martelé les deux hommes du reggae.

Yamoussa Cheick Camara pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos