En ligne (connectés) : 0 11

Kiridi Bangoura sur France24 « en Guinée il n’y a pas une crise politique dans le sens classique du terme ».

kiridi-bangoura

Après le passage du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo sur les antennes de la télévision française France24 c’est autour du ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la république Kiridi Bangoura de passer sur cette antenne ce lundi, 19 novembre 2018.

Plusieurs facettes de l’actualité guinéenne ont été débattues lors de cet entretien.

Interrogé sur les crises politiques en guinée, le ministre d’Etat ne nie pas l’existence des crises politiques mais déclare qu’il n’y a pas de crise politique dans le sens classique du terme

« Je ne dis pas qu’il n’y a pas de crise politique. Mais une crise politique n’est pas une crise de régime. Une crise peut être crée par un des acteurs qui en défini les intérêts pour son propre camp. Une crise de régime, c’est quand les institutions ne fonctionnent pas. Donc, en Guinée il n’y a pas une crise politique dans le sens classique du terme. Nous avons simplement, régulièrement une utilisation de plus en plus mal contrôlée des manifestations, pour utiliser les manifestations comme un moyen de pression au lieu de privilégier le dialogue et le recours légal qui existe dans toutes nos institutions », dit Kiridi Bangoura.

S’agissant de l’inaction de la justice guinéenne dans les différents cas de mort en Guinée lors des manifestations politiques, le ministre d’Etat, secrétaire général à la présidence de la république défend bec et ongle son gouvernement

« Il n’y a pas un seul cas de décès ou il n’y a pas eu une enquête ouverte par la justice. Il n’y a trois semaines, le ministre d’Etat de la justice en a apporté la  preuve évidente devant toute la presse nationale et internationale à Conakry. Il n’y a pas un seul cas de décès où il n’y a pas eu ouverture d’enquêtes. Au moment où je vous parle, un gendarme est en détention simplement parce qu’il a été vu avec une arme dans un lieu de manifestation. Il n’a pas utilisé cette arme, simplement parce qu’on lui a vu armé  avec un pistolet. Les inspections de système de sécurité fonctionnent avant les manifestations, pendant les manifestations et après les manifestations. Avant les manifestations, des policiers assermentes passent  dans les véhicules des policiers, fouillent les policiers pour qu’ils viennent sur le terrain sans arme. L’armée est casernée systématiquement », indique le ministre d’Etat Kiridi Bangoura.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos