En ligne (connectés) : 0 25

La militarisation de la zone Hamdallaye-Kagbelen : La PJDD révoltée contre la décision.

ibrahima-aminata-diallo

Depuis plusieurs jours, une patrouille mixte composée de la police, de la gendarmerie et de l'armée est visible sur les principaux axes de la ville de Conakry.

C'est une décision des autorités guinéennes qui, selon eux, s'inscrit dans le cadre de la sécurisation et du maintien d'ordre dans la ville. Mais sauf qu'elle est accueillie avec indignation et révolte par la plateforme des jeunes leaders de l'axe pour la paix et la démocratie (PJDD).

La plateforme se dit contre cette décision si elle consiste spécialement à militariser la zone Hamdallaye-Kagbelen, selon son président

« Nous avons accueilli cette nouvelle avec beaucoup d'indignation, voire même des révoltes, parce que nous pensons que c'est un recul de la démocratie. Le communiqué du Directeur National de la police soit disant que c'est pour tout Conakry, je pense que si l'intention c'est de sécurité les citoyens et de leurs biens et que ça soit pour toute la capitale, nous on n’est pas contre, on n’est dans une République. Mais s'il s'agit de mettre les gens dans un silence sorcier, notamment de Hamdallaye à Kagbelen où on estime que c'est la zone de contestation par excellence, parce que les jeunes contestent ici leurs indignations face à une mal gouvernance endémique. Aujourd'hui, s'ils parlent de sécurisation, prenez l'exemple sur les couleurs de routes au niveau de la Guinée. Y a beaucoup de gens qui sont victimes à l'intérieur du pays sur les routes nationales où on vient dès fois racketter  tout un véhicule, on dépouille tout le monde, parfois même on tue certains chauffeurs. C'est là où les militaires doivent aller. Nous sommes contre que les militaires sortent dans leurs casernes, ce n’est pas leurs rôles, il y a beaucoup d'aspects qui montrent le rôle des militaires. Alors une fois encore si l'intention c'est de matérialiser cette interdiction à travers le déploiement de ces unités mixtes dans la zone de l'axe, je pense qu'ils se trompent », a martelé Ibrahima Aminata Diallo.

Pour le président de la PJDD, cette mesure du gouvernement guinéen ne peut pas ramener la quiétude dans la zone Hamdallaye-Kagbelen

« Ça ne fera que radicaliser et nous qui sommes pour la non-violence, nous estimons que nous sommes dans une lutte. Mais nous voulons que le gouvernement ne fasse pas l'entorse à la loi, le délit de justice au détriment de la vérité en violant les principes démocratiques », s'est-il indigné.

À noter que cette décision de la mise en place des P.A sur les différentes zones de Conakry est diversement appréciée par les observateurs et les acteurs de la société civile guinéenne.

Yamoussa Cheick Camara pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos