En ligne (connectés) : 0 25

Mea culpa de Faya Millimono « nous semblons être la première cause du malheur de toutes nos populations ».

faya-milimono-conf-presse

La situation socio politique que traverse aujourd’hui  la Guinée suscite de nombreuses réactions chez les acteurs politiques du pays c’est le cas de Dr Faya Millimono le président du Bloc Liberal (BL).

A travers une conférence de presse animée ce lundi, 26 novembre 2018, Dr Faya Millimono est revenu sur les raisons qui ont concouru à la naissance de cette crise en Guinée

« La crise politique actuelle que le pays traverse résulte indéniablement des manipulations avérées du résultat des urnes par le pouvoir lors des récentes élections locales. Elle a servi d’occasion pour les guinéens d’exprimer leur exaspération face à la violation systématique de notre constitution et de nos textes de loi. Les récentes activités de contestation de notre peuple établissent sans équivoque que les guinéens sont partisans d’une société fondée sur la justice, la liberté et la prospérité. Cet engagement civique exprime à suffisance le désir historique  pour notre peuple d’instituer une vraie démocratie en Guinée », a déclaré Dr Faya Millimono

Le président du BL a indiqué par ailleurs

« cette bataille rangée qui consiste à contrôler coute que coute les communes, les  quartiers, les districts ce n’est pas pour y envoyer le développement parce que ce qui sont en train de se retrouver dans ces excentriques n’ont aucune légitimité. N’étaient pas ceux pour qui le peuple avait voté le 04 pour être des maires.  Et c’est ce qui va encore perpétuer la souffrance à la base.  En tant qu’homme politique je ne suis pas fier, en tant que membre de l’Elite de ce pays je ne suis pas fier de cette réalité car nous semblons être la première cause du malheur de toutes nos populations », a indiqué par ailleurs le président du BL.

Le président du Bloc Liberal n’a pas manqué de se prononcer sur la militarisation de la capitale guinéenne particulièrement l’axe Hamdallaye-Kagbelen. Dr Faya Millimono souligne que cette décision du gouvernement est une violation de la loi

« La militarisation de nos quartier est contraire à notre constitution, c’est contraire à nos lois. Dons notre constitution deux articles prévoient des situations dans lesquelles l’armée peut intervenir, l’armée peut avoir un pouvoir sur les civiles. C’est lorsque nous sommes en situation d’Etat d’urgence, d’Etat de siège, lorsqu’il y a une déclaration de guerre. Aujourd’hui aucune de ces situations n’est en place mais nous avons des militaires dans nos quartiers obligeant les populations à aller au lit à 20h. C’est un autre délit contre laquelle nous ferons cette grève de la faim, nos seulement pour le retour de nos enfants à l’école mais également pour la démilitarisation de nos quartiers », martèle Faya Millimono.

Dr Faya Millimono invite par ailleurs, ses paires de l’opposition au changement de stratégie face à la gouvernance actuelle. Pour lui, les manifestations de rue continues à endeuiller les familles

« Aujourd’hui, manifester est en train de nous endeuiller. C’est pourquoi en tant qu’opposant et considérant que la situation dans laquelle nous vivons s’apparente à une dictature nous devons varier de stratégie pour combattre parce que ce combat ça s’annonce longue, parce que la volonté elle semble ardente », a souligné le président du Bloc Liberal.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos