En ligne (connectés) : 0 18

Violation de l’accord SLECG/Gouvernement : vers une nouvelle grève ?

slecg-vers-suspension-greve

Dans le cadre de l’application du point 2 de l’accord signé entre le gouvernement,  le SLECG et l’USTG, le ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle Lansana  Komara, signataire du dit accord a adressé un courrier à la FSPE, le SNE et le SNAESURS à une rencontre prochainement afin de les associer dans les travaux de l’assainissement du fichier des fonctionnaires  enseignants.

Cette situation est perçue d’un mauvais œil chez les responsables du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée qui crient à une violation de l’accord.

C’est une situation qui ne reste pas sans conséquence. Cette décision du ministre Lansana Komara est perçue comme une trahison du point 2 de l’accord de sortie de crise signé le 10 janvier entre le SLECG, l’USTG et le Gouvernement guinéen.

Joint par rapport à cette situation, le porte parole du SLECG Mohamed Bangoura indique que  le ministre Lansana Komara va dans le cadre de la violation du point 2 de l’accord

« Pour nous, c’est une violation flagrante du protocole d’accord parce que le point 2 de ce protocole stipule,  la mise en place d’une commission paritaire Gouvernement-USTG-SLECG  et non une commission constituée des autres syndicats et le gouvernement. Donc, vouloir associé le SNE, la FSPE et SNAESURS c’est violé le protocole d’accord mais aussi c’est vouloir  mettre à l’eau l’effort fourni par la ministre conseiller spécial du président de la république, Tibou Camara. Pour nous il n’est pas question d’associer une autre structure syndicale à cette commission censée assainir le fichier des fonctionnaires de l’éducation », a souligné Mohamed Bangoura.

Poursuivant, le porte parole du SLECG soutient que ce sont les ministres Abdoulaye Yero  Baldé et Lansana Komara qui sont à la base de cette situation

« Nous sommes  convaincus  que ce n’est pas le gouvernement qui est à la base parce que le gouvernement a promis de rester dans l’esprit du protocole d’accord. C’est seulement le ministre du travail Mr Lansana Komara ainsi que Abdoulaye Yéro Baldé ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui sont entrain de tirer les ficelles », accuse Mohamed Bangoura.

Dans la mesure où le ministre Lansana Komara tenterait donc de mettre en application cette volonté d’associer les autres structures syndicales a cette commission de recensement du fichier des enseignants, Mohamed Bangoura menace

« Dans un premier temps le SLECG ne participera à  aucune commission et secondo, nous allons tenir une assemblée  demander  à toutes nos  structures déconcentrées de se tenir prêt pour une éventuelle grève », conclu le porte parole du SLECG Mohamed Bangoura.

Le secteur éducatif connaitra-t-il une nouvelle crise ? On n’en saura plus dans les jours et semaines à venir.

N’Famoussa Siby 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos