En ligne (connectés) : 0 10

Affaire grenade : le procureur requiert 20 ans de détention criminelle, la défense plaide pour la libération pour défaut de preuve

affaire-grenade-justice

Boubacar Diallo alias « grenade » était à nouveau devant le juge au Tribunal de Première Instance de Dixinn ce mardi, 12 février 2019. Cette journée a été consacrée aux réquisitoires du procureur et représentant de la partie civile et à la plaidoirie de la défense. Le procureur après explication a requis 20 ans de détention criminelle  et la défense a fait des plaidoiries pour la libération de Boubacar Diallo pour faute preuve.

Il a fallu attendre jusqu’à 12h pour assister à l’ouverture des assise dans le procès de Boubacar Diallo alias « grenade » au Tribunal de Première Instance de Dixinn. Ce jeune est poursuivi pour tentative de meurtre et détention d'arme illégale.

Le procureur Sidy Souleymane N'Diaye dans son réquisitoire a indiqué tout d’abord, que le prévenu est un homme très dangereux sans état d’âme

« La personne qui est à la barre est un jeune homme dangereux. L’accusé qui est à la barre vous le regardé bien vous découvrez un homme sans état d’âme.  A son âge il porte un surnom révélateur de sa personnalité ‘’grenade’’ », a déclaré le procureur et avocat de la partie civile.

Poursuivant, le ministère public a requis une peine de 20 ans de détention criminelle pour le jeune Boubacar Diallo alias ‘’grenade’’ assortie de 5 ans de période de sûreté

« le procureur requiert  une peine de 20 ans de détention criminelle contre grenade et une période de sûreté de 5 ans », a indiqué le ministère public.

De son côté la défense conduite par Me Salifou Beavogui a plaidé pour la libération de Boubacar Diallo pour faute de preuve de la part du procureur

« Je ne suis pas inquiet dans cette affaire. Nous sommes très sereins. Nous avons écouté le réquisitoire de Mr le procureur de la république qui est cousue de file blanc. Un réquisitoire qui ne repose sur aucune preuve, un réquisitoire qui ne repose que sur des affirmations et c’est pour cette raison sincèrement, la défense est fatiguée des dossiers montes de toutes pièces. Nous avons comme l’impression qu’on se spécialise dans le montage des dossiers pour fatiguer nos clients », a expliqué Me Salifou Beavogui.

Le procès est renvoyé au 18 février prochain pour la suite des plaidoiries.

N’Famoussa Siby 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos