En ligne (connectés) : 0 75

Situation à Fria : la ville sous tension ce mercredi

image-fria-tension

Les hostilités ont repris de belle ce mercredi, 15 mai 2019 à Fria. Au lendemain de l’intervention musclée des services de sécurité pour délocaliser les femmes manifestantes dans la préfecture de Fria, les jeunes sont aussi rentrés dans la danse  pour disent-ils défendre leurs mamans.

C’est une véritable guérilla qu’on assiste dans la préfecture de  Fria ce mercredi matin. Les jeunes très remontés contre les violences dont ont subi leurs mères dans la nuit du mardi, sont descendus dans la rue en érigeant des barricades.

Les services de sécurité mixtes composés de ceux de la préfecture de Boké et ceux venus de la capitale Conakry répliquent avec les grenades  lacrymogènes.

Joint par notre rédaction, Abdoulaye Camara Junior un confère résident dans la ville de Fria nous relate ce qui prévaut dans la préfecture de Fria ce mercredi.

« Fria est toujours sous haute tension. Les affrontements entre les services de maintien d’ordre et les jeunes manifestants continuent. De là j’entends les coups de gaz lacrymogène. Et aux coups de gaz lacrymogène  les jeunes répondent avec les jets de pierres intempestifs. Cette situation a duré toute la nuit de ce  mardi, 14 mai et ça continue…La tension est toujours vive entre les jeunes manifestants qui ont repris le flambeau de la manifestation en lieu et place de leurs mères qui revendiquaient sans condition le départ de madame le préfet de Fria  », dit Abdoulaye Camara Junior.

Des exactions ont été également commises par les forces de l’ordre comme a pu constater notre confrère « Il ya  eu des exactions, dénoncent en tout cas beaucoup de citoyens de Fria. On n’a pu également  ce matin le constater puis qu’on a trouvé les portes de quelques ménages défoncés par les services de sécurité. Les lampes cassées totalement. Certains citoyens pris à partie par les services de sécurité », ajoute-t-il.

Dans ces exactions le correspondant du site guineenews a été pris à partie par les services de maintien d’ordre. Il a été blessé à la main et a perdu plusieurs objets.

Il faut rappeler que les femmes de la préfecture de Fria reprochent à Gnalen Condé madame le préfet  de Fria entre autres de népotisme, de malversation financière.

« Il ya beaucoup de grief. Les femmes l’accusent de malversation et de népotisme. Elles accusent madame le préfet de favoriser de tiers personne au détriment des jeunes c'est-à-dire beaucoup de jeunes sont enrôlés, selon elles, à l’usine. Elles accusent une supposé main noire de madame le préfet dans l’embauche de tiers personnes au détriment des jeunes locaux… », Indique notre interlocuteur.

N’Famoussa Siby pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

nfasiby