En ligne (connectés) : 0 21

Zebal Traoré répond à ses détracteurs : « je ne suis pas politique »

Zebal

Humoriste guinéen, Zebal Traoré fait partie de ces artistes qui ne parlent presque pas politique. Tout comme ses pairs, il est accusé de ne pas réagir face aux violences dont le nombre de citoyens font l'objet. Dans cet entretien exclusif, il donne son avis sur ce sujet qui a secoué le monde culturel.
Pour Zebal Traoré, humoriste et directeur du Festival International du Slam et de l'Humour (FISH), tous les artistes ne sont pas obligés de faire la politique ni de s'en mêler à partir du moment où il y a des artistes qui sont aussi des politiques.

«Moi personnellement, je ne suis pas politique. Je fais mon humour et à travers mon humour, je sensibilise toujours. Je ne suis pas politique, j'ai toujours prêché la paix et je vais continuer à le faire. Je n'ai pas la peur de dire que si je parle de paix que quelqu'un va m'insulter, moi je m'en fous. Je parle de ce que jai envie de parler », at-il fait savoir.

Selon lui, malgré que beaucoup d'artistes prônent la paix, ils sont quand même ceux qui attisent le feu dans le quartier.

«Je n'ai pas besoin de le dire. La Guinée connaît tous les artistes politiques qui sont sur les réseaux sociaux, qui parlent. Moi j'ai mes habitudes, je ne m'attaque à personne et je ne veux que personne s'attaque à moi. Moi je ne suis pas ce genre d'artiste. Je suis un artiste qui essaie tant que mal méritent mon grain de sel au développement de son pays. Des problèmes politiques, je ne me mêle pas mais les problèmes d'ordre social, c'est mon travail et j'y interviens. Dans mes croquis, je continue à prôner la paix », révèle Zebal Traoré.

Pour l'humoriste, il n'appartient à personne donc impossible de l'obliger à faire quelque chose qu'il ne veut pas et qui n'entre pas dans sa ligne de conduite artistique.

«Rions de tout et de rien. Mettons nous dans la tête que la Guinée appartient aux guinéens, la Guinée c'est pour tout le monde. Il n'y a pas une ethnie qui est mieux que l'autre. C'est ensemble sur est plus fort. En détail, on est mal barré donc tant qu'on a ça dans la tête, on peut bien évoluer. Nous n'avons pas où aller malgré tous les pays qui nous entourent. On ne peut pas être réfugié en Côte d'Ivoire, en Sierra Leone, au Libéria, en Guinée Bissau, au Mali ou au Sénégal. Donc, il ne faut pas qu'on soit réfugié aussi dans notre propre pays », a conseillé le directeur du FISH en référence à la situation sociopolitique du pays.

Elisabeth Zézé Guilavogui


A propos de l'auteur :

224infos