En ligne (connectés) : 0 25

Interdiction des regroupements : « Lega Bah et Cie seront présentés et déférés ce lundi » Boubacar Kassé

lega-bah

L’artiste pastorale Lega Bah actuellement en garde-à-vue au Commissariat Central de Nongo, sera présentée ce lundi, 23 août 2021 à la presse. Selon nos informations, après leur présentation à la presse, ces personnes vont être déférées devant le parquet du Tribunal de première instance de Dixinn.

Selon le porte-parole de la police nationale, cette présentation a pour objectif d’interpeller et sensibiliser les citoyens sur la nécessité de respecter les mesures d’interdiction de regroupements en cette période de pandémie du Coronavirus.

« Malgré toutes les dispositions sécuritaires qui ont été prises par l’ANSS, les gens s’évertuent à aller en port à faux avec ces dispositions qui protègent la santé de la population. Nous les présentons pour sensibiliser la population. On a dit que les boîtes de nuit sont fermées nuit et jour. A partir de 22 heures, il ne doit y avoir aucune activité. Il est du devoir des services de Police d’intervenir si les gens s’évertuent à aller ouvrir les lieux de loisirs », a laissé entendre le contrôleur Boubacar Kassé sur FIM Fm.

Le Général Boubacar Kassé, précise par ailleurs  qu’en ce qui concerne le port de masque, la police n’a pas le droit d’interpeller les citoyens.

« Nous avons pris langue avec docteur Sakoba de l’ANSS par rapport à cet état de fait. Il nous a dit que nous sommes à une phase de sensibilisation. Donc, il n’est pas permis aux forces de sécurités de procéder à des interpellations des citoyens sur la voie publique pour le moment. C’est une phase de sensibilisation »  a fait comprendre le général Boubacar Kassé

Avant d’ajouter  qu’à cette phase le rôle qui est dévolu à la police est un rôle de sensibilisation et non de répression

« Si nous constatons qu’il y a des citoyens qui ne portent pas de masques sur la voie publique, nous les sensibilisons. Pour leur propre sécurité sanitaire et pour la protection de la santé des autres, ils ont le droit et l’obligation de porter des bavettes. Pour les mariages, baptêmes et autres, il faut qu’à tous les niveaux, les gens s’impliquent pour cesser les regroupement », a fait remarquer le général Boubacar Kassé.

Mamadou Samba Barry


A propos de l'auteur :

224infos