En ligne (connectés) : 0 26

Loi de finances rectificative 2022 : la culture mise à l'écart « il faut que le gouvernement comprenne que la culture n'est pas seulement que diversement (…)» (Mamadou Thug CNT)

cnt-mamadou-thug

La culture guinéenne se dit être mise en marge de ce volet recettes de la loi de finances rectificative adoptée à la majorité par les conseillers nationaux réunis en plénière ce lundi. Selon Mamadou Thug représentant de la culture guinéenne au CNT, ce secteur a toujours été négligé.

Le volet recettes de la loi de finances rectificative exercice 2022 voté par les conseillers nationaux ce 19 septembre n'inclut pas le secteur culturel. Une situation que déplorent les représentants du secteur culturel au CNT. Bien que cette loi soit validée à la majorité des conseillers nationaux, Mamadou Thug pour sa part, donne les raisons pour lesquelles il a voté contre.

« J’ai voté non parce que c'est normal, et j'ai pris le temps de lire le bottin et j'ai même pris des exemples sur d'autres bottins de 2020, de 2021. C'était explicite où c'est écrit par exemple spectacle zéro. Ceux du compte recettes, le spectacle n'apporte rien ; pourtant quand je prends juste le monde spectacle sa rapporte beaucoup, parce que tous ceux qui font du spectacle dans ce pays ont de licence, c'est de l'argent. Ils payent Plutôt les taxes appelées le Foscal. Tout cet argent là est où ? Je ne le vois pas dans le bottin » a affirmé Mamadou Lamine Diallo représentant de la culture au sein du CNT.

Poursuivant son intervention, cet homme de la culture ne manque pas de réaffirmer toujours son engagement à voter contre cette loi qui ne favorise pas la culture guinéenne.

« C’est les acteurs culturels qui m'ont amenés ici. Toute fois, qu'on parle de la Guinée, et qu'on nommait la culture qui est notre carte d'identité je voterai non un point barre, ça c'est personnelle. Parceque même dans les rapports que cette commission fera, il est important de notifier le mot culture. C'est une forme de communication, c'est important pour moi, même dans la communication, souvent il faut le dire pour que ça reste, la culture, l'art il faut que ça reste dans les oreilles de nos autorités, qu'ils comprennent que le président de la transition, que le premier ministre, que le ministère de la culture que tout le gouvernement comprenne que la culture n'est pas que divertissement, la culture est aussi belle et bien investissement économie, éducation » a laissé entendre Mamadou Thug.

Il invite tout de même l'état Guinéen à accompagner le secteur Guinéen du pays. Selon lui, la culture va bien au-delà de la musique

« Aujourd’hui, l'Etat doit accompagner la création artistique pour pouvoir aider. L'état doit investir dans la diffusion des spectacles, il faut que l'Etat mette en place des centres culturels dans toute la république de Guinée. Donc aujourd'hui nous apportons économiquement, mais au retour on n’a même pas de palais de la culture à Conakry, on n’a même pas de centre culturel à Conakry. Je sais ce que je dis parcequ'on a un centre culturel mais le centre culturel Franco-Guinéen » a conclut Mamadou Thug représentant de la culture au CNT.

Le volet dépense de la loi de finances rectificative sera votée dans quelques jours par les conseillers nationaux. Il reste donc à savoir si la culture sera prise en compte cette fois ci par le CNT.

 

Habibatou Binta Diallo pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos