En ligne (connectés) : 0 24

Mise en place d'une brigade du commerce : « Il ne faut pas accepter de recevoir une brigade», lance Abdallah Chérif

Abdallah-GOHA

Récemment, le gouvernement guinéen à travers son ministre du commerce a annoncé la mise en place d'une brigade du commerce. Une décision que n'approuve pas le Groupe Organisé des Hommes d'Affaires (GOHA) qui l'a fait savoir dans une déclaration ce jeudi.

Pour Abdallah Chérif, président du GOHA, le ministre du commerce Boubacar Barry n'a aucune raison de parler de la sécurité des opérateurs économiques quand on sait qu'il n'a jamais réagi face aux attaques dont ils ont souvent fait l'objet.

«Aucun d'entre eux n'a protégé un opérateur économique. Ils ont plutôt laissé faire en protégeant ceux qui s'attaquaient aux commerçants. Si le ministre du commerce a une proposition de mettre en place une brigade ou une milice, nous, opérateurs économiques n'en avons pas besoin », a affirmé le président du Groupe.

S'opposer catégoriquement à cette initiative, voici ce que demande le président du GOHA aux opérateurs économiques.

«Une information va suivre pour dire à tous les opérateurs économiques de refuser de payer les taxes tant que notre sécurité et celle de nos biens ne sont pas nettes sur le terrain. Et, tant que les opérateurs économiques cela victimes de pillages et d'incendies de leurs commerces depuis l'arrivée d'Alpha Condé ne sont pas dédommagés », a fait savoir Abdallah Chérif.

Selon cet opérateur économique, les impôts qu'ils paient c'est pour être protégés par l'État mais celui-ci a failli à cette obligation.

«Il a laissé des loubards protégés par des éléments des forces de défense et de sécurité s'attaquer à nos biens. Les vidéos et les témoignages qui circulent sur les réseaux sociaux et les médias prouvent à suffisance. On n'en a assez », un fait entendant l'homme d'affaires.

Ne pas accepter de recevoir une brigade ou une milice car c'est la gendarmerie et la police qui ont le rôle de protéger les citoyens et leurs biens, voici ce que désire Abdallah Chérif.

«Nous demandons à ces deux entités de jouer leur rôle. Je demande aux policiers et gendarmes de ne pas obéir à des ordres qui vont à l'encontre des lois de la République », a souhaité le président du GOHA.

Elisabeth Zézé Guilavogui


A propos de l'auteur :

224infos