En ligne (connectés) : 0 24

Education : « Pour le moment il n’y a pas de grève, nous allons reprendre les cours le lundi », dit Adrien Gbamy du SLECG

Adrien-Gbamy

Le Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée compte faire une trêve pour ce début de l'année scolaire. L'information nous est confirmée par le chargé de communication du mouvement qui déclare qu'ils attendent des réponses aux courriers adressés à l'inspection générale du travail avant d'entreprendre toute action.

«Pour le moment, on ne parle pas de grève ni de boycott de la rentrée scolaire dans la mesure où nous avons eu à déposer des courriers au niveau du département de l'éducation nationale et aussi un courrier au niveau de l'inspection générale du travail; courrier dans lequel nous avons eu à exprimer nos préoccupations », informe Adrien Gbamy.

Ces préoccupations sont au nombre de quatre: les premiers d'incitation des enseignants grévistes qui ont vu leurs premiers d'incitations bloquées, la prise en charge du personnel d'encadrement qui évolue dans les écoles et ne perçoivent pas les primes, le rétablissement de tous les camarades syndicalistes qui ont été démis pour les faits de grève et l'engagement des contractuels à la fonction publique.

Pour obtenir gain de cause, le syndicat a d'abord adressé un courrier au ministre de l'éducation le 28 septembre qui s'est déchargé de leurs préoccupations selon l'enseignant.

«Du coup, nous nous sommes orientés vers l'inspection générale du travail qui est effectuée entre nous et le gouvernement. Nous avons déposé le courrier qui jusqu'ici présent n'a pas répondu au courrier. Nous sommes entrain d'analyser. S'il ne répond pas, nous allons encore réécrire à l'ex-secrétaire général du travail pour le rappeler nos demandes », nous apprend le chargé de Communication du SLECG.

Malgré ce silence, il estime qu’ils vont continuer à revendiquer sans parler de grève.

«On souhaite que le gouvernement arrive à intervenir le plus tôt pour trouver des solutions aux différentes préoccupations qu'on a déposées sur la table. Si le contraire se posait, on se réserve d'abord toute communication autour de ça parce que c'est la base qui décide à travers nos démembrements qui sont dans les localités et nous allons nous résoudre pour décider voir réellement qu'est ce qu ' Il Faut. Pour le moment, il n'y a pas de grève. Nous allons reprendre les cours le lundi 16 novembre comme le dit le département », a désiré Adrien Gbamy.

Elisabeth Zézé Guilavogui


A propos de l'auteur :

224infos