En ligne (connectés) : 0 24

Bourses d’entretien des étudiants : La FéGui monte au créneau et menace

Kabinet-FEGUI

Les étudiants des universités du pays risquent  de ne pas rentrer en contact avec leur bourse d’entretien. La fédération des élèves et étudiants de Guinée est montée au créneau pour dénoncer ce quelle a appelé  gel du paiement des pécules des étudiants des universités publiques. Dans une interview accordée à notre rédaction, le secrétaire général de cette structure menace de passer à la vitesse supérieure si les autorités ne font pas un rétropédalage.

La fédération des élèves et étudiants de Guinée dénoncent le retard accusé dans l’obtention de leur bourse d’entretien qui permet aux étudiants de satisfaire leur besoin. Une situation que la structure qualifie de  gèle de bourse d’entretien.

« Depuis quatre mois(4) et près de cinq(5) mois, les étudiants de la licence 1 n’ont pas reçu leur pécule. Donc quand les autorités ont fait cette annonce, nous avons été désagréablement surpris de voir qu’elles ont la volonté seulement de payer que deux mois pour les licences 2 et 3. Mais pour les licences 1, il faut retenir que les trois(3) mois seront payés. Donc nous n’avons pas du tout compris cette volonté unilatérale des autorités. C’est pourquoi nous sommes monté au crénom dès le samedi pour rendre publique une déclaration au nom des élèves et étudiants de guinée pour fustiger cette volonté et pour mettre en garde les autorités pour qu’elles puissent revoir cette situation », a-t-il déclaré.

Kabinet Keita revient sur le calvaire des étudiants surtout en cette période de pandémie.

«  Les étudiants galèrent beaucoup car ils ont des frais de loyer à régler, les transports publics, les brochures à payer qui parfois est obligatoire dans les universités publiques. Donc c’est compte tenu de tous ces facteurs que nous avons eu à faire cette déclaration pour interpeller les autorités », a-t-il déploré Kabinet Keita.

Si ces cris de cœur ne sont pas entendus, les étudiants comptent passer à la vitesse supérieure. Nous a fait comprendre Kabinet Keita.

« Il faut dire que nous ferons face à nos responsabilités c’est-à-dire l’usage modéré de nos droits. Nous allons invoquer l’article 17 de la constitution, qui nous donne le droit de protester. Nous le feront de façon pacifique comme nous l’avons toujours fait ».

Pour finir, Kabinet Keita a insisté sur les conditions précaires dans lesquelles les étudiants Guinéens sont confrontées. Et il compte vraiment sur la bonne compréhension des autorités éducatives.

Fodé Bakary Dansoko pour 224 infos


A propos de l'auteur :

224infos