En ligne (connectés) : 0 23

ABRAHAM Sonty, Koundouwaka se dévoile « je veux être l’un des meilleurs artistes africains.»

koundouwaka-guineebuzz

Chaque semaine notre redaction 224infos rencontre en exclusivité des acteurs du milieu culturel pour découvrir leur monde, leur parcours, leur success story mais aussi pour comprendre comment ils vivent cette période de crise sanitaire liée au covid-19.

Cette semaine l'artiste international Koundouwaka nous a ouvert ses portes et se devoile à coeur ouvert en repondant aux questions de notre redaction 224infos.

224infos : Tu es aujourd’hui un artiste international aimé par tout le monde, comment tu as réussi à te faire une place dans la musique guinéenne ?

Koundouwaka : moi j’aime la musique, j’aime ce que je fais. Quand tu aimes ce que tu fais, tu ne vas pas le regretter et tu affronteras toutes les difficultés sur ton chemin. Moi je ne connais pas d’autres choses si ce n’est le travail. J’ai travaillé dur dans ma vie et c’est ce qui m’a permis de me faire une place dans la musique guinéenne.

224infos : A chaque fois que tu sors un  album ça cartonne dans tout le pays et même à l’international, c’est quoi ton secret réellement ?

Koundouwaka : mon secret, c’est ma structure. Moi j’ai une structure qui ne parle que Koundouwaka, qui est prête à tout faire pour moi. C’est mon équipe qui est très forte surtout.

224infos : on va aussi s’intéresser un peu à ta vie, parce que tu as connu une enfance difficile marquée par la souffrance si je peux me permettre, quelle est la force à toi qui t’a permis de gérer tout cela ?

Koundouwaka : ce n’est pas parce que c’est une enfance difficile, moi je n’ai pas eu une enfance difficile comme les gens le pensent. Celle qui m’a épargné de toutes ces souffrances, c’est ma maman. Elle a tout mis à ma disposition, elle s’est sacrifiée pour moi. Au cours de ma vie, elle a mis dans ma tête que je ne suis pas infirme. Que je suis comme tout le monde. Dieu m’a donné une maman adorable, différente des autres. Et quand une mère est comme ça, 99% l’enfant va réussir. C’est elle qui m’a apprise  comment se battre dans la vie pour ne pas dépendre des gens. C'est-à-dire quémander. Grâce à elle je n’ai jamais su si je suis infirme ou pas.

224infos : Ton tube icassékhi imannou imèmèrè, c’est l’une des chansons que tu aimes le plus dans ta discographie, alors dis nous quelle est la particularité de cette chanson ?

Koundouwaka : la particularité de cette chanson c’est que tout le monde se retrouve dedans (rires...) D’ailleurs, c’est mon morceau fétiche. J’aime trop chanter cette chanson car la mélodie est douce, le texte est bien fait. En chantant cette chanson, c’est comme si je suis dans l’esprit des gens. Je vois comment les gens écoutent cette chanson et tout quoi. Ça frappe tout le monde et ça touche tout le monde. C’est comme par exemple ma maman n’a pas raison, c’est le son qui a fait pleurer tout le monde. Dans l’histoire de la Guinée, c’est le seul morceau qui a fait pleurer tout le monde. Pour moi c’est ça un artiste, il ne chante pas pour chanter seulement car le succès ce n’est pas un travail. Regarde pompe à eau aujourd’hui, ça fait du bruit partout. Il y’a même des gens qui m’ont haï à cause de cette chanson. Pourtant c’est un conseil à l’endroit de cette nouvelle génération.

224infos : Pourquoi tout le monde t’appelle numéro 1 ?

Koundouwaka : c’est parce que je fais du gros travail. Moi je ne fais pas de succès de flamme. Quand je sors un tube, ça peut faire deux ans imbattables. C’est mes albums même qui se déclassent d’eux même  tu comprends ? C’est-à-dire je peux faire un album deux ans il est au top. Sauf quand je sors un  autre album encore pour que l’autre là disparaisse. Je ne connais pas trois(3) artistes en Guinée dont tous leurs albums ont cartonné. J’ai forcement des prix avec tous mes albums. Avec mon album polossé, j’ai ramassé sept(7) prix pour la première fois en Guinée. C’est moi qui ai eu le prix Sory Kandia Kouyaté (paix à son âme), le prix de Demba Camara aussi c’est moi qui ai eu et même Guinée Music Awards c’est moi qui ai remporté. Les gens ne m’aiment pas parce que je suis Koundouwaka, non. C’est parce que je prouve en Guinée et à travers le monde.

224infos : en tant qu’artiste, comment tu vis cette période de pandémie covid-19 ? Est-ce que ça  n’a pas d’impacts sur tes activités?

Koundouwaka : si. il y’a beaucoup d’impact mais pourquoi nous on ne sens pas trop, c’est parce que nous sommes planifiés. Sinon à part toutes activités culturelles sont bloquées. Les artistes souffrent beaucoup surtout ceux de la Guinée. On n’a pas eu d’accompagnement ni de subvention c’est ça.

224infos : quel regard portes-tu sur la culture guinéenne  aujourd’hui?

Koundouwaka : Bon la culture guinéenne aujourd’hui ça va beaucoup mieux. Moi j’ai l’espoir aujourd’hui en cette culture parce qu’il y’a des jeunes talentueux aujourd’hui qui se battent, qui ont des ambitions, qui veulent inscrire leur nom dans l’histoire de la musique. Tout ce que la culture guinéenne a besoin aujourd’hui, c’est une bonne politique de la part du gouvernement. De structurer les artistes c’est tout ce qui nous manques aujourd’hui. Moi ma génération a connu beaucoup de grands artistes mais où ils sont aujourd’hui ? Beaucoup même sont restés à l’aventure parce qu’ils n’ont pas d’espoir ici. Nous on a fait beaucoup de combats pour arriver là où nous sommes aujourd’hui. Moi mon premier voyage c’était aux Etas Unis, j’ai fait mon concert dans 21 Etats. J’ai fait le tour du monde grâce à mon courage. Le problème chez nous, c’est que le pays n’est même pas vendu. On ne fait pas la promotion de la Guinée positivement.

224infos : Alors quel est ton rapport avec les autres artistes du pays, parce qu’on a remarqué si ce n’est pas dans les projets de musique pour la paix, tu ne fais jamais du featuring avec d’autres artistes ?

Koundouwaka : Non, nous les artistes guinéens, on a du respect religieux entre nous. C’est à cause de ça je remercie le bon Dieu. Parce que tous mes ainés je les appels grand, mes petits frères aussi m’appelle grand. Il y’a des artistes au nombre de cinq (5) qui m’ont appelé pour des featurings, je les ai promis après mon projet là on va le faire avec plaisir et accompagnement. Moi mon rêve c’est de voir dix (10) à vingt (20) artistes guinéens à l’international. C’est pourquoi la politique en place doit nous aider. Un artiste si tu n’as pas d’argent tu ne peux pas être célèbre. La célébrité il faut vivre dans l’ombre mais si tu n’as pas d’argent comment cela peut être possible ? La voix d’un artiste ne suffit pas, il faut des moyens.

224infos : Quels sont les rêves de Koundouwaka dans les années à venir ?

Koundouwaka : je veux être meilleur, je veux être l’un des meilleurs artistes africains. C'est-à-dire quand on compte cinq(5) stars que j’en fasse partie. D’ailleurs c’était ça mon objectif et je suis même arrivé là-bas. Je n’ai j’aimais rencontrer un artiste africain qui peut me séduire sur scène. J’ai assez de rêve et avec le temps on verra.

224infos : Koundouwaka merci de nous recevoir dans votre magnifique studio pour cette interview.

Koundouwaka : c’est moi qui remercie 224infos.org

Decryptage par Fodé Bakary Dansoko


A propos de l'auteur :

224infos