En ligne (connectés) : 0 24

Manif du FNDC : « C'est lorsqu'il y'a eu manifestations que des positions ont bougé dans ce pays même si les accords n'ont jamais été réalisés, mais il y'a eu des accords qui ont été signés » (Hady Diallo ADR)

dr-hady-diallo

La manifestation projetée par le Front national pour la défense de la Constitution le 28 juillet prochain pour un retour rapide a l’ordre constitutionnel, a suscité beaucoup de réactions chez la classe politique guinéenne.

Pour le président de l'alliance démocratique pour le renouveau (ADR) Dr Hady Diallo, toutes les conditions sont réunies pour aller vers la reprise des manifestations.

«  Il fallait déjà y s'attendre avec tout ce qu'il y'a comme persécution autour des leaders politiques, des leaders de la société civile. Il fallait s'attendre à ce dernier recours parce que c'est le seul recours qu'on a nous, politiques ou la société civile dans le cadre de son mouvement citoyen » a-t-il expliqué.

Plus loin, le président de l'alliance démocratique pour le renouveau (ADR) dans son allocution, répond à ceux qui pensent que les manifestations n'ont rien apporté à la Guinée et décrit des violences.

« Quant-ils le disent, c'est peut être parce qu’ils ne sont pas de ce pays. C'est lorsqu'il y'a eu manifestations que des positions ont bougé dans ce pays, même si les accords n'ont jamais été réalisés, mais il y'a eu des accords qui ont été signés et ces accords ont été signés suite aux différentes manifestations. Une manifestation ne veut pas dire mort d'homme. C’est en Guinée on voit une manifestation et mort d'homme. Parce qu'à l'époque, lorsqu' il y'avait le régime Alpha Condé, il a privilégié l'armée face à la population désarmée. Donc, il y'a eu ces tueries de plus de 200 personnes en Guinée. Sinon, une manifestation c'est le ras-le-bol. Allez en Europe ou en France; dès que quelque chose ne va pas, les gens sortent dans la rue » a-t-il déclaré.

Au terme de son allocution, il interpelle le CNRD à ouvrir un dialogue inclusif avec la classe politique guinéenne et la société civile pour une transition réussie en Guinée.

« Le CNRD doit savoir raison gardée. Une transition elle est politique. Quoiqu’il faille dire une transition elle est politique. Le retour à l'ordre constitutionnel ne se fera pas sans les politiques donc, il faut un dialogue inclusif de quelques membres pour décider de cette transition, pour définir un chronogramme de cette transition pour que le CNRD donne la liste de ses membres parce que demain, l'on ne sait pas qui sera candidat du CNRD, parce qu'on ne connait pas les membres du  CNRD » a-t-il conclu.

Cette marche du FNDC prévue du 28juillet, fait injonction au CNRD de tenir compte de leurs préoccupations.

Simon Pierre Lamou pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos