En ligne (connectés) : 0 20

Crise sociopolitique en Guinée : « ce n'est pas à ce moment là qu'on doit descendre dans la rue pour dire qu'on veut un dialogue » (Bah Oury)

president-udrg

 

Face à la crise sociopolitique en Guinée, le président de l'Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée UDRG  pense que la responsabilité est collective. Bah Oury affirme que ce n’est pas le bon moment d'appeler les militants à descendre dans la rue. L'ancien vice-président de l'UFDG, se dit favorable à la réquisition de l'armée sur la route le prince pour ramener le calme dans la cité.

«  La question de dialogue, la question de la concertation méritent d'être explicité parce que les responsabilités sont partagées. La classe politique a sa part de responsabilité dans la manière dont elle a pris les problèmes. Il y'a nécessité de se concerter et de discuter sur les voies et moyens d'avoir une transition réussie. Mais lorsqu'on va dans cette direction, je trouve mal aisé de fixer des ultimatums et des positions tranchées en disant si les choses ne se présentent pas comme je le souhaite, je refuse d'y participer. Ça, ça ne facilite pas les choses et malheureusement certains de nos camarades de la classe politique, ont eu cette attitude » a expliqué Bah Oury.

Poursuivant, le président de l'Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée UDRG, s’est également prononcé sur les cas de manifestions dans le pays. Bah Oury estime que ce n'est pas le moment de lancer un appel à manifester.

« Le médiateur de la CEDEAO est en place, il y'a des discussions qui sont engagées entre la classe dirigeante qui est le CNRD et les instances de la CEDEAO. Ce n'est pas à ce moment là qu'on doit descendre dans la rue pour dire qu'on veut un dialogue. Il faut reconnaître que le CNRD et le gouvernement doivent aussi faire preuve de réactivité, de pro activité. C’est trop lent » a-t-il lancé.

Pour l'ancien vice-président de l'UFDG, la réquisition de l'armée sur la route le prince intervenue la semaine dernière, était une solution pour revenir à l'accalmie.

« Malheureusement, l'axe a toujours été présenté ces derniers années comme le lieu privilégié où les confrontations politiques se manifestent dans la rue au détriment des riverains et des populations qui habitent tout au long de l'axe. Ce qui fait que cet axe qui aurait dû être un axe de la prospérité, est devenu malheureusement un axe où certains hésitent à y habiter ou à y investir où même à y loger. L’autre vendredi a été une journée extrêmement pénible. S’il n'y avait pas eu ces déploiements des forces armées, on risquait d'assister à des scènes beaucoup plus dramatiques » a déploré le président de l’UDRG.

Bah Oury ne s’arrête pas là. Plus loin, le président de l'Union des démocrates pour la renaissance de la Guinée, dit souhaiter une entente entre les forces vives de la nation et le CNRD pour une transition apaisée et réussie.

 

 

 

Simon Pierre Lamou pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos