En ligne (connectés) : 0 24

Transition en Guinée : « j'ai envie de vous dire que le colonel Mamadi Doumbouya n'a pas perdu du temps (…) » Mamadou Oury Diallo président LDRD

politique-mamadou-oury-diallo

La Guinée a enregistré depuis son accession à l'indépendance en 1958, trois coups d'État. Si les deux premiers ont eu lieu après le décès des chefs d'État, le troisième et dernier quant à lui, a renversé le premier président démocratiquement élu du pays, il y'a de cela un an.

Par contre, quelques mois seulement après la prise du pouvoir par la junte militaire dirigée par le colonel Mamadi Doumbouya, plusieurs questions sont soulevées sur le respect ou non de la charte de la transition.

Dans un entretien accordé à la rédaction de 224infos, ce lundi 12 septembre 2022, Mamadou Oury Diallo président du parti la ligue des démocrates réformistes de Guinée, soutient que les maux dont souffre la Guinée ne datent pas à l'arrivée du CNRD.

« Nous avons connu avant le 05 septembre 2021 au crépuscule du règne du professeur Alpha Condé, une situation extrêmement sombre pour notre pays. Que ça soit sur la question des droits de l'homme, que ça soit sur le plan économique, sur le plan social et même sur le plan de l'unité nationale.(...) Le 05 septembre 2021, comme vous, comme moi, comme l'ensemble de la population guinéenne nous avons accueilli avec beaucoup d'enthousiasme l'avènement du CNRD au pouvoir (...) Le président de la transition chef Suprême des armées,  a tenu un discours qui raisonne profondément avec nos populations guinéennes. Il a tenu un discours de moralisation de la vie publique, il tenu un discours de refondation pour notre nation. Toute chose que les guinéens voulaient depuis très longtemps » a-t-il expliqué.

À l'avènement du CNRD au pouvoir le 05 septembre 2021, la junte militaire s'est engagée sur un certain nombre de dossiers dont la réforme de l'administration publique,  la refondation de l’Etat,  la réforme constitutionnelle, la moralisation de la vie publique,  le retour à l'ordre constitutionnel, le retour de notre nation dans le conseil des nations. Parlant du respect de ces engagements, le président de la ligue des Démocrates Réformistes donne son opinion.

«  Prenons un à un ces sujets, nous allons voir parce qu’il faut être un peu objectif dans le débat politique de notre pays. Si on prend la question de refondation de l’Etat, je suis prêt à vous dire, je me même prêt à mettre ma main à couper. Ce que le CNRD a fait seulement septembre 2021 et décembre 2021, aucun acteur politique guinéen n'aurait pu le faire dans le cadre de la refondation de l'administration publique guinéenne. Souvenez-vous bien, nous avons assisté à quelque chose que nous n'avons jamais dans notre pays. Plus de onze (11) milles fonctionnaires ont été appelés à faire valoir leurs droits à la retraite que le Colonel Mamadi DOUMBOUYA a bien précisé que ce n'est pas des sanctions.  C'est tout simplement un remerciement qui est du pour les bons et loyaux services des fonctionnaires qui ont rendu un service à l'Etat. Ça c'est la première chose. Parmi les fonctionnaires qui ont été appelés à la retraite, il y'a beaucoup de généraux de l'armée guinéenne et cela mérite vraiment qu'on salut le travail qu'ils ont fournis les bons et loyaux services pour la nation. En plus de cela, nous avons un Ministre de la fonction publique guinéenne qui fait un excellent travail En avril cette année, il a réuni les responsables des ressources humaines de l'ensemble des départements de l'administration publique guinéenne pour parler de la qualification du personnel de l'administration publique et aussi naturellement de faire en sorte que les fictifs disparaissent du fichier de la fonction publique.  C'est un travail extrêmement difficile mais il en est sorti une feuille de route qui est entrain d'être mis en œuvre. Il faut qu'on leur donne du temps (...) » dit-il.

Pour ce qui de la moralisation de la vie publique, Mamadou Oury Diallo qui voit cette transition comme l'occasion d'un nouveau départ pour la Guinée, rappel que tout citoyen guinéen,  que ça soit un citoyen à la base, ou un acteur politique ou un acteur social, est convaincu que la Guinée notre pays ne peut pas aller de l'avant si on ne fait pas de la lutte contre la corruption une priorité fondamentale.

« Rappelez-vous qu'à la prise du pouvoir du CNRD, le Colonel Mamadi DOUMBOUYA a reçu au Palais du peuple, lors des concertations nationales, pratiquement durant un mois, toutes les couches de notre société. Il en est sorti de la majorité des compositions qui ont été faites par l'ensemble de ces couches la nécessité de lutter contre la corruption. Alors, j'ai envie de vous dire que le colonel Mamadi Doumbouya n'a pas perdu du temps. Tout de suite, on a mis en place la CRIEF,  il en est suivi des audits. Sur la base des audits,  aujourd'hui il y'a près de quarante huit dossiers à la CRIEF. De ces quarante huit dossiers,  l'agent judiciaire de l'Etat nous dit qu'il a déjà récupéré 4.6 millions de dollars et 25 milliards de francs guinéens. (...) Cet argent qui sera récupéré  sera ré-transférer dans les caisses de l'Etat. Vous voyez aujourd’hui par exemple   l'hôpital de Donka,  l'argent qui manquait pour être payé a été payé. C'est très fort probable qu'on puisse récupérer beaucoup et qu'on puisse réinvestir dans les besoins sociaux dont les populations ont besoin » a lancé le président de la ligue des Démocrates Réformistes.

Malgré les efforts fournis, après seulement 12 mois de transition militaire, des interrogations persistent. Regroupés au sein du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), les populations, les syndicats, la classe politique et la société civile ont repris la rue pour faire face à la junte au pouvoir. Face à cette situation, le président de la ligue des Démocrates Réformistes estime que le CNRD a besoin du temps pour mener à bien la transition et lance un appel aux différents acteurs d'être patients.

 

Kadiatou Barry pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos