En ligne (connectés) : 0 23

Lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) : élaboration d'un manuel juridique

aissatou-barry-cabinet-ministe

La lutte contre les mutilations génitales féminines, au cœur d'une conférence de presse organisée ce mardi 21 juin 2022. Après les ONG, les acteurs de la société civile, c’est au tour des hommes de droit, de mettre leur grain de sel dans la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF). Afin de permettre les professionnels impliqués dans la lutte contre les mutilations génitales féminines, d’avoir un outil juridique qui puisse leurs permettre a mieux exercer leur travail de manière efficace, un manuel de formation juridique pour professionnels, a été élaboré. Dans son intervention, maître Thierno Souleymane Baldé avocat explique les raisons de l’élaboration de ce manuel juridique.

« Comme vous le savez, les mutilations génitales féminines existent dans notre société depuis des siècles. Mais malheureusement, cela a un impact assez négatif au niveau de la société. Aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui ne réalise pas, mais ces pratiques entrainent beaucoup de divorce au sein du foyer. Cela entraine des séparations de corps, cela entraine des abandons des enfants. Donc, a un moment donné, il faudrait qu’on soit responsable, consciencieux, qu’on puisse réaliser vraiment qu’il est temps d’aider a ce que ces pratiques-là s’arrêtent dans notre pays. » explique Maitre Thierno Souleymane Baldé, avocat.

Poursuivant, l’avocat soutient qu’

« à un moment donné il faudrait quand même qu’il y ai la sanction. Sans la répression, on ne peut pas espérer qu’il y aura un changement. Donc, désormais, nous voulons allier à la fois la sensibilisation mais aussi la répression. Et surtout, nous sommes à la période des vacances. C’est en ce moment que beaucoup de parents, beaucoup de gens profitent pour faire exciser nos enfants. Si les parents savent quand faisant un tel acte ils risquent d’aller en prison ; ou bien les femmes qui le pratiquent. Nous espérons et nous pesons qu’il y aura quand même certaines retenues » espère maitre Thierno Souleymane Balde.

me-thierno-souleymane-balde

Parlant du manuel juridique pour professionnels contre les mutilations génitales féminines, l’avocat répond

« ce manuel, y a des dispositions légales qui expliquent pour les officiers de polices judiciaires, pour les organisations non gouvernementales, pour les associations. Quelles sont les dispositions légales qui répriment les MGF ? quand ils vont sur le terrain, au lieu de poser la question ou bien au lieu d’être dépourvu légalement avec ce manuel, non seulement il y a une décision de justice. Il y a eu des condamnations dans différentes préfectures.  Mais aussi les dispositions légales notamment, le code pénal, le code de l’enfant et les instruments juridiques internationaux qui interdis et qui exigent la préservation de l’intégrité de la personne. Tout acte de mutilation génitale féminine, constitue une violation a l’intégrité de la personne » conclu l’avocat.

Pour madame Aissatou Barry du cabinet du ministère de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables, la réinsertion des femmes exciseuses, demeure une solution dans la lutte contre les mutilations génitales féminines

« On peut les former pour quelle deviennent des accoucheuses parce que là encore, elles sont directement en contact avec le sexe ; ça devient plus Perin et ça peut les aider la ou elles peuvent trouver quelque chose au lieu de s’accrocher au métier d’exciseuse » propose Aissatou Barry, du cabinet du ministère de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables.

Kadiatou Barry pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos