En ligne (connectés) : 0 25

Procès de massacre du 28 septembre : des avocats de la défense et de la partie civile se bouscule avant le jour J

massacre-stade

L’un des avocats des victimes du massacre du 28 septembre 2009, était dans l’émission MIRADOR dans la matinée de ce lundi 19 septembre 2022. Maitre Drissa Traoré avocat au barreau de cote d’ivoire, secrétaire général du FIDH, s’est exprimé sur l’organisation du procès le 28 septembre 2022 à Conakry.

Il (maitre Drissa Traoré NDLR) a donné son point de vue sur l’annonce faite par le ministre de la justice de la tenue du procès le 28 septembre de cette année.

« Nous avons accueillis l’annonce de cette date avec soulagement, surtout que les victimes étaient dans l’attente de cela il ya 13 ans. Elles savent déjà qu’elles ont une opportunité de faire entendre publiquement leurs voix », a-t-il martelé à l’entame de ces propos.

Pour ce qui est de son autre point de vu sur l’assurance qu’il  a de la bonne tenue de ce procès, maitre Drissa Traoré sera précis et direct dans sa communication.

« Nous n’avions pas d’apriori, nous croyons tout les efforts déployés par le gouvernement pour que ce procès ce tiennent dans des bonnes conditions. Ce que nous voulons simplement souhaiter à ce stade, c’est que le droit de l’ensemble des partis soit préservé. Il faut que la sécurité, la protection des victimes soit assurée. Il faut que le respect aussi bien des victimes que des personnes mises en cause soit assuré. Parce que nous voulons que ce procès soit un procès exemplaire, qui  permette à la Guinée de passé un pas. Donc nous n’avions pas d’apriori et nous irons à ce procès là, avec nos armes c'est-à-dire nos éléments pour que la vérité triomphe et la souffrance de nos clients (les victimes) soit reconnue », indique-t-il.

Au cours de cette émission, il sera également question de confrontation entre les avocats du capitaine Moussa Dadis Camara et un des membres du pool d’avocat des victimes. Un débat houleux sera engagé. Et si nous nous permettons un avant gout du procès !

Maitre Drissa Traoré sera questionné sur la culpabilité du président de la junte d’alors.

« En ce stade il faut dire que toutes les personnes mises en cause sont présumées innocentes et nous, nous partons dans cet état d’esprit. Nous savons, nous en tant qu’avocat du parti civil et parquet qui poursuit, nous irons pour démontrer la responsabilité des personnes qui sont mises en cause» dit-il.

Il  (Maitre Drissa Traoré Ndlr) renchérit ces propos :

« Nous n’allons pas faire le procès avant le procès, mais il est évident que ce que nous constatons lorsque les événements du 28 septembre, se sont déroulés aucunes sanctions n’a été prise par le président Dadis qui était le chef de l’Etat. Et donc s’il n’était pas informé, pourquoi n’avoir pas pris de sanctions, alors que ces événements étaient de notoriété public ? Au moins 150 morts (…) ».

La réponse du berger à la bergère, Maitre Pepe Antoine LAMAH viendra retrousser ses manches et défend à sa façon.

« Il a commencé par dire que toutes les personnes renvoyées par devant le tribunal criminel bénéficie du principe sacré de la présomption d’innocence et c’est lui encore qui vous dit qu’on en veut au président Dadis parce qu’il na pas prit des sanctions administratives à l’époque des faits contre commandant Aboubacar Toumba Diakité. Alors qu’est-ce qu’il fait de cette présomption d’innocence là ? Est ce que la simple abstention ou le refus de prendre une mesure disciplinaire constitue en soit une infraction ?  La réponse est bien naturellement négative (…)».

Malgré la défense de Maitre Pepe Antoine Lamah, pas question pour maitre Drissa Traoré d’abdiquer.

Il (Drissa Traoré NDLR) recadre en ces mots :

« Je ne suis pas entrain de dire que la responsabilité du président Dadis serait une complicité qui pourrait se faire après (…). Aujourd’hui nous savons une chose, c’est que les bérets rouges  qui étaient au stade, la gendarmerie qui était au stade, la police, avaient un commandement qui n’est pas venu d’eux même. Les commandements sont venus des plus hautes autorités à cette époque du 28 septembre 2009 ».

L’ouverture du procès du 28 septembre 2009, annoncé pour le 28 septembre 2022 s’annonce tendu entre les deux parties. Attendons de voir a quoi va ressembler ce procès tant attendu.

 

Morciré Camara pour  224infos


A propos de l'auteur :

224infos