En ligne (connectés) : 0 35

Mandat d’arrêt international contre Aboubacar Makhissa Camara : voici la réaction de son avocat

Me-Bea

Me Salifou Beavogui s’est exprimé sur le cas de son client Aboubacar Makhissa Camara, après la sortie du procureur spécial près la cour de répression des infractions économiques et financières.  Aly Touré procureur spécial de la CRIEF a annoncé lors de sa récente sortie, solliciter un mandat d’arrêt international contre l’ex directeur national des impôts.

Me Salifou Beavogui, à face cette situation donné des précisions en ce qui concerne son client, il dira :

« Hier, mon client, Monsieur Aboubacar Makhissa Camara a suivi par voie de presse, qu'il serait en fuite et que le parquet spécial aurait requis le décernement d'un mandat d'arrêt contre lui ainsi que la saisie de ses biens. Cette déclaration est d'autant plus surprenante que Monsieur Aboubacar Makhissa Camara que je défends n'est ni en fuite, ni en cachette. Il est sorti de ce pays pour raisons de santé. Actuellement, il se trouve en occident pour des raisons de santé et, parallèlement, il suit une formation. Il n'a pas fui le pays. Il avait des rendez-vous médicaux qu'il a ratés depuis au temps de l'ancien régime, compte tenu des charges ».

Il ne manquera pas de renchérir ses propos sur cette affaire qui concerne son client.

« A l'étape actuelle de la procédure, il n'en demeure pas moins que le dossier doit être géré par la cour suprême et non par la CRIEF. Pour cause, toutes les décisions qui ont été prises contre Monsieur Aboubacar Makhissa Camara, ont fait l'objet, soit d'appel ou de pourvoi en cassation. Donc, le recours en cassation a été bel et bien déposé à la cour suprême. Et c'est suite à ce recours que le chef de greffe de la cour suprême a sollicité de madame la cheffe de greffe de la CRIEF, le transfert des dossiers. Dans les meilleurs délais, le dossier sera transmis. Une fois que ce recours a été introduit, en matière pénale, tous les recours suivant cette exécution, ni le parquet, ni le juge d'instruction ne peut poser d'acte dans cette procédure sans attendre que la cour suprême tranche. Le dossier de mon client est à la cour suprême suite au recours introduit là-bas contre la nullité des actes de procédure et contre la décision d'inculpation. Parce qu'il n'y avait pas d'indice, ni d'éléments concordants pouvant être à la base de son inculpation. Vu que son dossier est à la cour suprême, le procureur spécial de la CRIEF ne peut rien entreprendre pour le moment contre lui », a-t-il expliqué.


Morciré Camara pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos