En ligne (connectés) : 0 30

Procès M’mahawa Sylla : Contradiction chez les médecins.

mmah-sylla

L’affaire criminelle entre «M’mahawa Sylla et les médecins Sebory Cissé, Patrice Lamah, Daniel Lamah et Célestin Millimono reproché de «viol, avortement, risque causé a autrui et administration de substances nuisibles» par la famille de la victime se poursuit au tribunal de première instance de Mafanco ce mercredi 11 janvier.

21 jours après la première intervention, à son admission à l’hôpital Ignace Deen, le professeur Houssein Barry a déploré la condition «critique», dans laquelle ils ont reçu la défunte.

« elle puait déjà et avec beaucoup de perforations intestinales, les selles coulaient de partout. Selon le tableau que j’ai reçu le problème est parti de la première intervention», témoigne-t-il.

En suite

« On a dit qu’elle est venue d’un cabinet médical. Et elle est venue dans un état critique. Donc vouloir attendre un rapport serait au prix de sa vie. Nous avons fait deux interventions à Ignace Deen, dont la première à durée 40mn avec professeur Houssen et deux semaines après j’ai effectué la deuxième intervention. Le président de l’ordre des médecins a été informé de cette situation.»

Par contre, le Pr Aboubacar Touré, auteur de la deuxième intervention dans la meme structure, laisse entendre le contraire de la première version.

« Les organes génitaux étaient intacts, les ovaires et l’utérus étaient là. Il y avait juste des lésions digestives », dit-il

et charge Dr Debory Cissé à travers cette précision:

« Faire la chirurgie et être chirurgien font deux. Car dit-il, la règle voudrait qu’après les 7ans d’études suivies de la présentation d’une thèse, pour être docteur en médecine, il faut encore 5ans pour la spécialisation en chirurgie. Là-dessus, il affirme ne pas connaître Dr Sébory CISSE en tant que chirurgien. Et je peux dire que tous les spécialistes après l’université doivent passer par moi. Nous n’avons pas associé les médecins qui ont intervenu avant nous, parce qu’ils ne se sont pas présentés ».

Sur ces mots, l’affaire est renvoyée au 25 janvier prochain pour la suite des débats.

Mariame Cissé pour 224Infos


A propos de l'auteur :

224infos