En ligne (connectés) : 0 28

Suspension du site Guineematin : « c’est une décision illégale… On n’est pas prêt à l’accepter », dixit Nouhou Baldé, administrateur du site

nouhou-balde-guineematin

Un direct lors du dépouillement des voix dans deux bureaux de vote ce 18 octobre a causé la suspension du site guineematin.com. Joint par notre rédaction, Nouhou Baldé, l’administrateur du site qualifie la décision de la HAC d’injuste et illégale avant d’assurer qu’ils ne s’y plieront pas.

Pour le responsable du site suspendu, cette décision est tout sauf acceptable car elle n’est nullement fondée en plus d’être arbitraire.

« Je rappelle que jusqu’à maintenant, la synergie des radios continue à relayer ce qu’on faisait hier et quand on était dans les différents bureaux de votes, nous étions avec les autres journalistes. Ce qu’on faisait était entrain d’être fait par d’autres et ce qu’on nous reproche, les lives sur facebook, guineenews le faisait et d’autres medias en ligne faisaient pareil », nous apprend Nouhou Baldé qui dit ne pas comprendre cet acharnement contre son site.

Sur son refus d’obtempérer à la demande de l’autorité de régulation des médias d’arrêter la diffusion de la vidéo, Nouhou Baldé est clair : il n’a pas accepté car aucune loi ne l’interdit de le faire et aucune concertation dans ce sens n’a eu lieu pour donner ce genre de consignes.

« Jai effectivement refusé de faire arrêter la diffusion parce qu’on ne ma montré aucune loi qui m’oblige à le faire. J’ai demandé est ce qu’on avait eu une réunion des responsables des sites pour décider de comment faire par rapport à la diffusion ou pas des opérations de dépouillement ou bien des résultats ? Il n’y a pas eu de réunion. Je sais qu’il n’y a eu aucune concertation donc je lui ai dit que ce n’est pas au moment de la diffusion qu’on fixe les règles. On a donc pris la décision de diffuser jusqu’à ce qu’on nous prouve que ce qu’on fait est illégal. Personne jusqu’a maintenant ne ma montré la moindre loi », se défend l’administrateur du site guineematin.

Pour ce responsable de médias, il était impensable de demander aux journalistes d’arrêter de faire leur travail quand plus de 5000 personnes étaient entrain de suivre ce direct sur leur page. Il assure d’ailleurs qu’ils ne se plieront pas à cette décision.

« On va attaquer la décision. On est entrain de nous concerter et on prendra des décisions là-dessus. On n’est pas prêts a accepter une décision illégale, injustifié. Ce n’est pas possible », a déclaré Nouhou Baldé.

Elisabeth Zézé Guilavogui


A propos de l'auteur :

224infos