En ligne (connectés) : 0 41

Liberté de la presse : Les médias privés rencontrent d’énormes difficultés ces derniers temps dans la collecte des informations publiques (SPPG)

presse-privee-sppg

La presse privée peine aujourd’hui à couvrir les activités des nouvelles autorités militaires car seule la RTG est habilité les couvrir. Chose qui n’est pas appréciée par la presse privée Guinéenne. Pour le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée, le CNRD doit changer son comportement vis-à-vis de la presse privée.

Depuis la prise du pouvoir par le CNRD, les médias privés se sentent marginaliser dans toutes les activités des nouvelles autorités militaires. Les journalistes des médias privés sont souvent interdits dans les salles de rencontre. Seule la télévision nationale est autorisée à y accéder. Le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée s’insurge contre ce comportement des nouvelles autorités du CNRD.

« Nous avons été saisi par les reporters qui sont souvent sur le terrain et qui nous ont remonté leurs difficultés. Ils sont refusés dans certaines cérémonies et ce qui est pire, on ne s’est pas limité le vendredi dernier à les empêcher d’avoir accès à la salle, mais on est allé jusqu’à les chasser de la cour même de la primature. C’est-à-dire ils viennent à la primature on leur refuse l’accès, ils sortent pour attendre dans la cour, on dit qu’ils n’ont pas leur place là-bas encore », a-t-il expliqué.

Sékou Jamal Pendessa précise que ce qui se passe aujourd’hui est inacceptable. Alors il demande l’application de la loi qui autotomise les journalistes d’avoir accès aux informations publiques.

« Nous avons tenu une réunion extraordinaire dimanche dernier nous les syndicats, pour appeler et la primature et la présidence de la république pour leur dire que ce qui se passe est inacceptable. On est eu des échanges et ces échanges ont été suivis des notes écrites envoyées à ces institutions pour leur dire, au nom du droit d’accès à l’information publique, tous les journalistes doivent pouvoir couvrir les événements de souveraineté ou les événements d’intérêt national. Ce ne sont pas des activités privées là où tu peux dire que j’invite celui là que je veux inviter mais c’est la chose publique, ça concerne l’Etat. Et quand il s’agit de ces genres d’événements, la loi voudrait que tous les médias aient accès. Donc il faut que le CNRD corrige cette façon de faire », invite-t-il le CNRD.

Les médias privés rencontrent d’énormes difficultés ces derniers temps dans la collecte des informations publiques. Il reste à savoir si le CNRD changera cette façon de faire vis-à-vis de la presse privée Guinéenne.

Fodé Bakary Dansoko pour 224 infos.org


A propos de l'auteur :

224infos