En ligne (connectés) : 0 42

Opinion: Coronavirus «Nous allons payer le prix de nos actions» alerte Mariam Tendou

mariam-tendou-guinee

Tandis que le monde se mobilise sur les réponses immédiates et à court terme face à la pandémie du coronavirus, je me penche sur ce qui me perturbe profondément en ce moment.

Il s’agit de la réponse africaine face à la propagation du COVID-19. Je vais regarder de façon assez superficielle les 3 aspects suivants: 1) La réponse de nos dirigeants africains 2) La réponse de notre secteur privé et nos milliardaires et millionaires africains. 3) la “nonchalance” de nos chers concitoyens africains face à cette pandémie

J’exprime une opinion non scientifique ici et purement basée sur mon analyse après la lecture d’une multitude d’articles, que j’ingurgite depuis le début des confinements chez soi.

1) Nos chers dirigeants africains et leurs mesures contre la propagation du virus.

Ils sont bien conscients des études et tous les rapports (qu’ils adorent citer en temps de “non-crise”) par toutes les institutions internationales qui disent que les populations en Afrique vivent dans “l’extrême pauvreté au seuil de moins de un dollar par jour.

Ils savent que nos économies sont pour la plupart largement dominées par le secteur informel et que ceci affecte une grande partie de nos populations qui vivent au jour le jour. Si ils prônent des mesures de “confinement” pour combattre l’épidémie, et une rigueur dans leur application au jour le jour, quelles sont les mesures d’accompagnement qu’ils ont mis sur la table pour que ceux et celles qui dépendent de ce “un dollar par jour” puissent vivre et survivre pour subvenir à leurs familles? Des mères éplorées ou des chefs de famille n’ayant aucun autre recours que l’Etat? Pourrait-t’on distribuer des sacs de vivres aux plus démunis de notre société par exemple dans les localités où le confinement est en vigueur?  Pourquoi faire du “copier-coller “ alors que nos réalités sont bel et bien différentes? Chaque pays propose les solutions et mesures adaptées pour prendre en compte toutes les dimensions. Ne demandons pas aux gens de rester chez soi quand on sait que beaucoup vivent en dessous du seuil de pauvreté.

2) Le secteur privé et nos supposés “riches” milliardaires et millionaires (officiellement et officieusement déclarés)

Je lis que les hôpitaux privés en Irlande vont se mettre à la disposition du public pour augmenter la capacité de réponse à la pandémie. En France je viens de lire qu’un groupe hôtelier met à disposition des lits pour les besoins de la lutte contre la pandémie. En chine, le fondateur d’Ali Baba vient de faire une contribution majeure à l’Afrique en termes de masques, et autres produits. Aux USA je ne serai pas exhaustive mais je peux citer la chanteuse Rihanna qui fait un don de 5 millions de dollars US pour contribuer à la lutte. Où sont nos milliardaires? Ou sont nos riches? Que fait notre secteur privé? Toutes ces grosses boîtes sur le Continent qui en temps normal rafflent la mise au sein de nos economies, que font elles? Elles aiment tant nous “casser les oreilles” avec leurs programmes de RSE ( Responsabilité Societales d’Entreprise) ou leurs fondations et autres actes de charité en temps normal.

Les “riches” africains ne sont même pas dans l’orbite. Peut être est ce parce que lorsqu’on gagne son argent de façon “obscure”, on ne peut pas non plus le dépenser en plein jour et de façon visible (sauf pour les belles maisons, et voitures et les enfants et épouses qu’on fait voyager à l’exterieur). Bref, je passe ou plutôt je m’arrête là.

3) Nos concitoyens en Afrique et leur indiscipline face à cette pandémie

Mais comment faire comprendre que cette pandémie n’est pas une affaire de “On est mieux protégés en Afrique” ou bien “C’est une maladie du froid “ et toutes les autres suppositions erronées qui circulent dans les foyers et communautés. Les médias doivent accompagner l’Etat et relayer l’information gratuitement pour aider à faire comprendre à nos concitoyens que la propagation du COVID 19 est aussi grave, sinon encore plus sérieuse qu’Ebola, vu le taux et la vitesse de propagation. Ce n’est pas comparable surtout en raison du mode de transmission du COVId19. Comment faire comprendre à nos chers concitoyens que la responsabilité est collective?

Nos concitoyens et la religion:

Arrêtons d’aller dans les lieux de culte le temps de ralentir et freiner la propagation! PRIONS à la maison.!AIDONSles membres de nos familles et nos voisins qui ne lisent pas l’internet et qui ne comprennent pas les dangers de cette épidémie.  Le confinement sert à réduire et freiner la propagation locale.

C’est désespérant par moments de voir que ce virus est arrivé bien tardivement sur le Continent mais que peut être nous allons en payer le plus lourd tribut. Comme à l’habitude!

Mariam Tendou

Cheffe d'Entreprise en Guinée et au Sénégal


A propos de l'auteur :

224infos