En ligne (connectés) : 0 86

Résultats examens nationaux : « Par ces faibles taux de réussite aux examens nationaux session 2022 , c'est la République qui s'auto- humilie» ( Pépé Balamou SNE)

michel-pepe-balamou-sne

Par ces   faibles  taux de réussite  aux examens nationaux  session 2022 ,  c'est  la République  qui s'auto- humilie  en montrant à  la face du monde que les examens nationaux des 20 dernières années  étaient  de simples parodies d'examens  et ceux qui sont titulaires  de ces diplômes  sont les produits de la  triche. Les enseignants sont réduits  à  leur plus  petite expression  et présentés  aux yeux de la société  guinéenne  comme des incompétents   qui ne méritent  ni  leur statut  d'enseignant ni  leur salaire . Ils sont sacrifiés  sur l'autel  de la clameur publique  et de la vindicte  populaire

Le Ministre et son  cabinet  doivent démissionner  pour insuffisance de résultats. Ils ont bénéficié  de la confiance  du président de la transition  et ont  prêté  serment  devant lui pour une obligation  de résultats  et non  de moyens. Ils ont été  nommés  en début  d'année scolaire  et pour une gestion  axée  sur les résultats  et non sur  les échecs.

Ils ont passé  toute l'année  scolaire  à  nous parler de " Miss Mathématiques " de " Semaine  nationale du mérite  scolaire " dans  l’école  de la République  qui  a un déficit criard  de 20.000 enseignants où   on retrouve des classes multigrades , des enseignants  qui enseignent  4 matières  ,qui manque de tables-bancs,  de bibliothèques,  de laboratoires   avec à  la clé  des effectifs  pléthoriques  et des enseignants  qui ne suivent aucune formation  didactique  et pédagogique.  Pire , ceux qui ont été  retraités  au mois de Décembre  2021 n'ont  jamais été  remplacés , créant  ainsi le vide dans certaines concessions scolaires .

Au nom du contrôle citoyen de l'action publique, de la redevabilité  et de la reddition  des comptes, le Ministère de l'enseignement pré-universitaire et de l'alphabétisation  doit justifier  l'utilisation  des 45 milliards de nos francs comme  budget  des examens nationaux.  Une somme  jetée à  la fenêtre.  Car les fruits n'ont  pas respecté la promesse des fleurs. Le Ministère  de l'enseignement pré-universitaire et de l'alphabétisation n'est  pas un ministère des examens nationaux  et ses corollaires  d'échecs  massifs

,mais un ministère  ,d'éducation,  d'instruction,  d'enseignement- apprentissage,  de formation et  de  transformation  quantitative et qualitative de l'enfant  en le rendant utile à  lui -même  , à  sa famille  et à  la société.

Les  parents d'élèves  doivent  exiger de l'Etat  des enseignants  en quantité  et en qualité,  des tables-bancs des effectifs  raisonnables,  des bibliothèques,  laboratoires  et manuels scolaires d'ici  la rentrée scolaire  2022-2023.

Par respect  pour l’honneur  de la République  , l'année  scolaire  2021-2022  doit être  invalidée , c'est-à-dire l'invalidation  des enseignements  , des apprentissages   et des évaluations  et par voie de conséquences  les passants deviennent  des redoublants  et les redoublants  deviennent  des triplants  et s'orientent  dans  les écoles  techniques  et professionnelles.

Au cas contraire  toutes les classes d'examens  seront doublées,  triplées, quadruplées voire quintuplées. Le besoin  en  enseignants  connaîtra une croissance exponentielle   rendant ainsi  difficile  le recrutement  de nouveaux élèves  au préscolaire  et au primaire  sans oublier la déperdition  scolaire et l'exposition  des jeunes filles au mariage  précoce et forcé. .

Si en 2022 on a un demi-million de candidats, c'est  qu'en  2023 on aura plus d'un million de candidats. Et le budget risque de passer  de 45 à  70 milliards  de nos francs.

Agir pour le système éducatif guinéen  est une urgence  et une question  de préoccupation  nationale.

Michel Pépé Balamou secrétaire général du SNE


A propos de l'auteur :

224infos