En ligne (connectés) : 0 32

Tribune : Pourquoi museler la presse et couper internet ? Les motivations réelles d'actes rétrogrades et liberticides (Sekou Koundouno)

koundouno-sekou-fndc

Depuis quelque temps, la presse et, dans une moindre mesure, le Barreau sont devenus les seuls dénonciateurs des dérives dictatoriales du caporal Mamadi Doumbouya et de son gang.

En effet, après avoir progressivement étouffé les partis politiques en limitant leurs activités aux seules assemblées générales hebdomadaires qui se tiennent à leurs sièges, il fallait s'en prendre à la presse pour diverses raisons :

1- Il faut absolument empêcher les médias de grande écoute d'organiser des débats sur le projet de constitution qui se trouve actuellement sous les aisselles de Dansa Kourouma. En dépit du secret qui a entouré l'élaboration de ce projet, certaines indiscrétions font état de dispositions rétrogrades qui restreignent considérablement certains droits et libertés. Mais, plus grave, ledit projet donne au caporal Mamadi Doumbouya le droit d'être candidat à la prochaine élection présidentielle. De cela, la junte militaire ne veut que la presse parle.

2- Le caporal Mamadi Doumbouya et sa bande s'étaient emparés du pouvoir pour, entre autres raisons, restaurer les droits et libertés individuels. Ils se sont révélés pire que le régime précédent. Ils ont la réputation d'être des assassins froids. C'est pourquoi, leurs hommes sont toujours encagoulés comme des gangsters.

En terme de lutte contre les infractions économiques et financières, autre argument brandi par le caporal, le peuple guinéen s'est rendu compte que c'était de la poudre aux yeux. Il y a plus de scandales économiques en deux ans de gestion de la nébuleuse CNRD qu'en onze ans de gouvernance Alpha Condé.

Il n'y a que les médias qui dénonçaient cette gestion catastrophique faite d'arrogance, d'exclusion, d'élimination physique, d'intimidation, d'instrumentalisation de la justice, de piétinement des droits et libertés individuels, de polititisation de l'administration, de culte de la personnalité, de corruption et détournements à ciel ouvert. Des émissions comme " On refait le monde ", et " Mirador", "les GG", bien ayant en leur sein des journalistes ouvertement pro-CNRD, pourfendaient à longueur de journée la junte militaro-civile. Bien que certains hommes de médias soient enclin à se laisser "acheter", une bonne partie de la presse s'est engagée résolument à critiquer, à dénoncer mais aussi à saluer certains actes de la nébuleuse CNRD et proposer quand il le fallait. Cela n'était visiblement pas du goût des gangsters qui sont à la tête du pays.

3- Puisque museler la presse ne suffit pas à faire taire les Guinéens, il faut également couper ou restreindre l'accès à internet.
Ainsi, les " bloggeurs " et autres utilisateurs des réseaux sociaux ne pourront rendre publiques des informations relatives à la mal gouvernance ou exprimer leurs avis sur la gestion du pays.

Sekou Koundouno

Responsable des stratégies et planification du FNDC


A propos de l'auteur :

224infos