En ligne (connectés) : 0 60

Falsification de la Constitution : la CODEP demande à Alpha condé de démettre le ministre de la justice « pour faute lourde »

MAMAOU-LAMINE-FOFANA

La constitution promulguée par le président de la république  Alpha Condé le 14 Avril 2020  continue d’alimenter le débat politique en Guinée. Plusieurs acteurs dénoncent la falsification de la constitution qui a été soumise au référendum au peuple de Guinée le 22 mars dernier. C’est le cas de La Coalition Démocratique de l’opposition Extraparlementaire (CODEP) qui demande le retrait du texte promulguée mais aussi la démission du ministre de la justice pour « Faute lourde ».

La sortie médiatique du ministre de la justice n’aura pas permis de mettre un terme au débat sur la falsification de la constitution mais elle a plutôt envenimée la situation. La Coalition Démocratique de l’opposition Extraparlementaire (CODEP) a dénoncé dans un communiqué la falsification de la constitution.

« La situation sociopolitique de notre pays est grave, pour la simple raison que nous n’avons pas de Constitution valide à date, car la Constitution qui a été soumise au Peuple le 22 Mars 2020 est différente de celle qui a été promulguée le 14 Avril 2020 par le Président de la République, nous avons actuellement trois (3) textes en circulation aujourd’hui se faisant acte de constitution du pays. La Constitution qui a été approuvée le 22 Mars 2020 a été complètement falsifiée par certaines personnes males intentionnées qui veulent mettre en péril notre jeune Démocratie pour laquelle plusieurs de nos compatriotes sont tombés, c’est du faux et usage du faux en écriture publique, cet acte irresponsable et indigne est passible de plus Cinq (5) ans de prison ferme », a indiqué la structure.

Comme le FNDC, La Coalition Démocratique de l’opposition Extraparlementaire (CODEP) juge cette situation de coup d’Etat Constitutionnel perpétré par le gouvernement du président Alpha Condé.

La coalition exige entre autres :

« 1- De Poursuivre en justice les commanditaires de cet acte gravissime ; 2- De démettre le Ministre de la Justice de ses fonctions pour faute lourde ; 3- De révoquer les(9) neufs Juges Constitutionnels pour avoir trahi leur serment ; 4- D’arrêter l’examen de toutes les lois Organiques inscrites au rôle de l’Assemblée nationale pour examen ; 5- De retirer la Constitution falsifiée au profit de celle approuvée le 22 Mars 2020. Si cela n’est pas fait dans les 72 heures, nous allons lancés une Pétion pour demander l’annulation pure et simple de la Constitution du 22 Mars 2020 et la reprise du référendum Constitutionnel », dit la CODEP.

N’Famoussa Siby


A propos de l'auteur :

224infos