En ligne (connectés) : 0 98

Guinée : Forte Hausse du budget des ministères de l’énergie et des travaux publics. Le Ministre du budget s'explique...

Ismael-Dioubate

Dans la loi de la finance rectificative, on constate une forte augmentation du budget de certains départements comme les ministères de l’énergie et des travaux publics. Pour le cas particulier de la présidence qui est estimé à plus de 174 milliards de francs guinéen, soit une augmentation de 35,5% le ministre du budget Ismaël Dioubaté joint au téléphone par un media de la place, donne les raisons de cette hausse du budget de la présidence.

« Ça s’explique essentiellement par la mise en application du statut particulier des inspecteurs d’Etat qui relève de la présidence. En réalité si vous les comparez leur niveau de salaire à leur collègue du Sénégal, d’Abidjan on essaie de faire un minimum parce que les résultats qui sont entendus on veut vraiment qualifier les dépenses publiques, mais vous avez toutes les panoplies des ministres conseillés qui sont à la présidence chaque fois qu’on nomme des ministres conseillés ça a un impact sur le niveau du salaire».

Pour le ministre du budget, il faut mettre les inspecteurs d’États dans les conditions pour être à l’abri de la corruption.

«Un inspecteur qui est mal payé et vous lui demandez d’être productif, il ne va pas être productif avec ces salaires maigres  c’est de cela qu’il s’agit. Si on parle de la rationalisation budgétaire et qu’on parle de la moralisation des dépenses publiques ceux qui sont en charge de contrôler la qualité de la dépense publique il faut qu’il soit au minimum à l’abri de certaines tentations».

Selon Ismaël Dioubaté c’est en application de la nouvelle constitution que le budget des députés a été aussi revu à la hausse, il s’explique

«avant le changement de la constitution les session de l’assemblé c’était six mois maintenant ils font une session unique de neuf mois d’octobre à fin juin ça fait déjà neuf mois et puis il ya une session spéciale la LFL en tout ça fait dix mois donc ceux sont ces primes de sessions qui étaient sur six mois dans la loi de finance initiale de 2021, les prévisions étaient sur six mois conformément à l’ancienne session à l’ancienne constitution mais maintenant qu’on est passé à la nouvelle constitution on passe de six à neuf mois du point de vu constitutionnelle mais il ya un mois qui est exceptionnel qui  est consacré à l’analyse de la loi des finances rectificatives donc ce sont ces primes de session qu’on a qui explique l’augmentation».

Decryptage Mariame Conté pour 224infos.org


A propos de l'auteur :

224infos