En ligne (connectés) : 0 25

Décrispation du climat sociopolitique en Guinée : « je crois que le CNRD doit trouver la solution. Pour l'instant, c'est le dialogue que les gens sont entrain de demander » (Jacques Gbonimi président du parti UPG)

upg-jacques-gbonimi

 

Comment mettre fin aux discours va-t- en guerre et ramener tous les acteurs sociopolitiques autour d'une même table avec le CNRD pour aplanir les divergences? Ces questions préoccupent beaucoup d'acteurs et observateurs de la vie nationale. C'est le cas du président  de l'Union pour le progrès de la Guinée UPG. Jacques Gbonimi pense que la solution de tous ces problèmes c'est de se retrouver autour d'une table de discussion.

L'arrivée du CNRD au pouvoir le 5 septembre 2021 et les premiers actes posés dans le cadre de la décrispation du climat sociopolitique ont donné beaucoup d'espoir aux guinéens surtout avec son discours de refondation de l'état. A l'allure où vont les choses  cet espoir risque de se transformer en désespoir rappelle le président de l'Union pour le progrès de la Guinée UPG, Jacques Gbonimi.

«  Le régime d'Alpha Condé était devenu de trop. Les gens n'en voulaient plus et ce changement a été saluer par tout le monde. A ce moment, j'étais encore dans l'ANAD et nous avons tous salué cette arrivée de l'armée parce que nos amis étaient en prison, et le climat sociopolitique et économique n'étaient plus bon dans le pays. C'est vrai que les premiers mois du CNRD ont été aussi très salués, beaucoup ont accompagné le CNRD. Entre temps j'ai quitté l'ANAD donc, nous avons suivis en tant qu'Observateur. Actuellement nous assistons à une crise, due à l'incompréhension au niveau des acteurs politiques et sociaux et nous pensons que la Guinée ne mérite pas ça et que le changement qui est intervenu doit continuer ses réformes mais en harmonies avec tous les acteurs sociopolitiques. C'est ce qui va aider notre pays » a affirmé Jaques Gbonimy, président de l'UPG.

Ce bras de fer qui commence entre le CNRD et des acteurs sociopolitiques, n'enchante pas le président de l'Union pour le progrès de la Guinée. Jacques Gbonimi pense que le dialogue franc et sincère est le seul remède des troubles et mésententes que nous connaissons aujourd'hui. Il invite surtout le pouvoir à garantir la loi sur la liberté d'expression.

« Il faut qu'il y ai une concertation dans le sens d'aider notre pays à aller de l'avant. Donc ces incompréhensions là, je crois que le CNRD doit trouver la solution. Pour l'instant, c'est le dialogue que les gens sont entrain de demander. Je pense que le CNRD doit mettre tout en œuvre comme avait commencé le Premier ministre le mois dernier et ce démarrage qui avait bien sûr connu des difficultés avec la non participation de certains à cause d'un médiateur. Maintenant que le premier ministre est absent, il faut prendre le relais pour que ça continue. Les arrestations dont on parle maintenant sont consécutives à la marche qui était interdite » a expliqué Jacques Gbonimi.

Soucieux de la paix et la réussite de la transition guinéenne Jacques Gbonimi lance ce message

« Je rappelle toujours ! Alpha Condé a la fin, a été jugé sur son bilan. Ce n'est pas les partis politiques qui vont faire leur bilan, ce n'est pas le nombre de morts là qui va faire le bilan, mais c'est le CNRD qui a un bilan à présenter au peuple de Guinée. Donc il revient au CNRD de mettre tout en œuvre pour éviter les affrontements, pour éviter tout ce qui ne va pas dans le progrès qui peut s'inscrire dans le cadre de la mise en œuvre du programme même du CNRD par rapport à cette transition. C'est pourquoi j'invite tout le monde à la retenue et que le CNRD mette tout en œuvre pour aller au dialogue parce que sans ce dialogue là, nous ne pourrons rien » a t'il conclut.

Espérons que cet appel tombe dans les bonnes oreilles pour une transition apaisée et réussie en Guinée.

 

 

Habibatou Binta Diallo pour 224infos


A propos de l'auteur :

224infos